Géopolitique

Russie : la Douma signe le début de la « guerre totale »

 « Nous sommes en guerre ». Presque an après le début du conflit, la phrase n’a toujours pas été prononcée par le président russe Vladimir Poutine. Pourtant, depuis un mois, un certain nombre de lois « martiales » ont été adoptées par la Douma, instance législative russe. Si elles doivent encore être validées par la chambre haute, il devient évident que le régime se met au service de la guerre. 

 
Les « saboteurs » et la loi de la guerre

Les saboteurs, ennemis de l'intérieur, sont les premiers visés par les mesures du Kremlin. Le terme, à la connotation militaire, vise explicitement les réfugiés ukrainiens accueillis sur le sol russe, accusés d'être la cause d'un certain nombre d'explosions sur des sites militaires, à quelques dizaines de kilomètres derrière les lignes russes. Ce serait pour contrer ce phénomène que la Douma a approuvé une nouvelle grille judiciaire contre ces « saboteurs », pouvant aller jusqu’à la prison à perpétuité. En effet, si la peine de mort est légale en Russie, elle n’est plus appliquée depuis 1996, année précédant le vote d’un moratoire en sa défaveur. Ce moratoire, cependant, ne s’applique pas dans les nouveaux territoires annexés, où plusieurs peines capitales ont été appliquées depuis le début de la guerre. Selon la Douma, les mesures votées auraient pour but de  « protéger [le] pays et [les] citoyens des menaces terroristes et du sabotage ».  

Les territoires annexés, eux, font complètement l’objet de lois guerrières. L’une d’entre elles, dénoncée par les pays étrangers et des ONG comme Amnesty International, stipule que « n’est pas criminel ou punissable un acte […] qui contient des éléments d’un crime en vertu du Code pénal de la Fédération de Russie, mais visait à [en] protéger les intérêts ». Une idée générale forte s’en démarque ainsi : tout est permis, si cela favorise les intérêts russes. Ainsi, les éventuels massacres de civils ou de prisonniers, ou tout autre crime commis par des soldats russes en Ukraine seraient dépénalisés. Cette loi, adoptée seulement en première lecture pour le moment, violerait ainsi la Convention de Genève, qui impose aux États en guerre de traduire efficacement en justice les criminels de guerre. 

De même, toute personne portant atteinte au « ruban de Saint-Georges », symbole de victoire russe particulièrement utilisé pendant la guerre, encourt une peine allant jusqu’à cinq ans de prison, selon Courrier International.


Un pays au service de la guerre

Lorsqu'on va sur le terrain, pourtant, on observe bien que les saboteurs sont loin d'être arrêtés à la pelle. En fait, cet arsenal législatif pourrait bien servir à disposer d'éléments juridiques suffisants pour serrer la vis à l'avenir, non pas seulement dans la loi, mais aussi dans les faits. Au besoin, Vladimir Poutine pourrait plus aisément se débarrasser de ses ennemis. Pour le président de la Fédération de Russie, les ennemis de Vladimir Poutine sont les ennemis de la patrie.

Depuis plusieurs mois, la Russie entière se met au service de la guerre contre l'Ukraine. Industriellement, les fabriques d'armement tournent à plein régime et l'économie est forcée de s'adapter aux contraintes causées par l'invasion, notamment les sanctions occidentales. De son côté, le système médiatique entier relaie la vision du « Mage du Kremlin », par des émissions favorables à  « l'opération spéciale » à laquelle la grande majorité des Russes déclarent leur soutien. Soutien, dont le pouvoir a grandement besoin à l'heure où les rumeurs d'une nouvelle mobilisation à venir vont de bon train.

Surpris par l'échec avoué de leur guerre-éclair, les Russes se projettent, comme souvent, sur le temps long, menant ce que les forces ukrainiennes appellent une « guerre d'attrition ». 
C'est donc très logiquement que le législatif suit, et c'est tout un pays qui se met en branle pour soutenir cet effort de guerre. 

Alexandre de Galzain

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Daniel DUCROCQ

Il y a 1 ans

Signaler

1

Les opposants financés par qui ?

À lire

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Mediapart : le faux départ d’Edwy Plenel

S’il vient d’annoncer abandonner la présidence de Mediapart qu’il a cofondé en 2008, l’ancien directeur gauchiste de la rédaction du Monde, grand chasseurs de scandales touchant les personnalités politiques, n’entend pas pour autant se retirer de la vie journalistique française.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Mobilisation des agriculteurs : un parfum de 1992

Le monde paysan français n’avait pas connu une telle mobilisation depuis plus de trente ans. Comme leurs homologues allemands, hollandais, polonais ou roumains, les agriculteurs de l’hexagone entendent alerter les pouvoirs publics sur la souffrance qui monte au sein de leur profession victime d’une compétition mondiale de plus en plus rude.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier