Géopolitique

Russie : 133 morts dans un attentat islamiste à Moscou

Scène d’horreur à Moscou : un attentat a frappé la capitale russe ce vendredi 22 mars. Des hommes armés de fusils d'assaut, revêtus de tenues camouflées, ont ouvert le feu sur les spectateurs d’une salle de concert des environs de Krasnogorsk, en banlieue de Moscou. Le groupe de rock Piknik devait s’y produire. Les assaillants ne portaient pas de masques. Cette attaque contre l’hôtel de ville de Crocus a causé la mort de 133 personnes, en blessant 140 autres, selon un dernier bilan des autorités russes. La scène a été en partie filmée par des témoins. Le bâtiment a ensuite pris feu. 

Ce scénario tragique qui survient quelques jours après la réélection de Vladimir Poutine, évoque bien entendu, du point de vue français, celui du Bataclan, cette salle de concert parisienne visée par un attentat similaire le 13 novembre 2015 et où 90 spectateurs avaient trouvé la mort. Le président Emmanuel Macron a exprimé sa solidarité avec les familles des victimes et le peuple russe. Suite à cet attentat, le dimanche 24 mars a été décrété jour de deuil national en Russie.

Une piste impliquant des ressortissants du Tadjikistan est privilégiée, l'Ukraine pointée du doigt


Les autorités de la Fédération de Russie ont annoncé avoir procédé à l’arrestation de onze personnes liées à cet attentat dont les quatre assaillants qui tentaient de fuir la région de Moscou. Aucun des suspects n'a la nationalité russe, ils sont originaires du Tadjikistan, un pays d’Asie centrale où recrute volontiers l’État islamique, qui s’est affronté aux troupes russes en Syrie. Cela corroborait la piste islamiste qui est pour l’instant pointée comme la plus probable par certains observateurs.

Si l'État islamique a revendiqué la fusillade, Vladimir Poutine a affirmé que "tous les quatre auteurs" de l'attaque avaient été arrêtés alors qu'ils "se dirigeaient vers l'Ukraine" ce qui laisse peu de doute quant à des complicités. Il est à noter que l'Ukraine accorde la citoyenneté aux anciens combattants de l'État islamique en échange de leur engagement dans toutes sortes de détachements des forces armées ukrainiennes.

Ce n’est pas la première fois que la Russie est la cible d’attentats islamistes dont certains furent très meurtriers. Les précédents, comme celui de Beslan par exemple, étaient en lien avec les rébellions des républiques caucasiennes membres de la Fédération de Russie (dont la Tchétchénie).

La rédaction d'OMERTA

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Alexis Babusiaux

Il y a 1 mois

Signaler

0

Moi ce qui m'étonne un peu c'est que les assaillants se sauvaient vers l'Ukraine alors que ce n'est pas les pays qui manquent avec la Russie avec des frontières bien plus faciles à passer pour le moment, qu'apparemment ils avaient été payés alors que pour les autres attentats ils agissaient tous par idéologie, que dans sa revendication mise en avant par les pays occidentaux quelques minutes à peine après l'attentat l'EI affirmait que ses soldats étaient bien tous rentrés sains et saufs alors que ce n'est pas le cas, ils ont tous été arrêtés .... et que la Russie est un des seul pays non musulman qui défend la cause Palestinienne dans le conflit Israel/Palestine... Est-ce qu'on n'essaierait pas encore de nous mener en bateau? Connaitra-t-on un jour le fin mot de cette histoire?

jean-rene milliet

Il y a 1 mois

Signaler

0

Si la participation ukrainienne s'avérait réelle ,on peut craindre le pire quant aux représailles.........

philippe paternot

Il y a 1 mois

Signaler

0

les islamistes adorent tuer des gens écoutant de la musique ou dansant!, le bataclan en france, la fête nova le 7 octobre en israel, moscou avant hier!

Monique Boëdec

Il y a 1 mois

Signaler

0

Solidarité avec les Mocovites et le peuple Russes Condoléances aux familles des victimes

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier