Société

Romans-sur-Isère Orange mécanique

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Pour la gauche c’est un fait divers, pour la droite le symptôme d’un basculement sociétal sans précédent. L’assassinat le 19 novembre dans le village de Crépol du jeune Thomas Perotto par des voyous issus du quartier de la Monnaie à Romans-sur-Isère. Cette ville de 32 000 habitants, située à 20 kilomètres au nord de Valence a longtemps été l’une des capitales françaises de la chaussure avant de subir de plein fouet la désindustrialisation à partir de la crise de 1974. Depuis 2014, 150 millions d’euros d’argent public ont été injectés dans le quartier de la Monnaie. 

Le samedi 25 novembre, une centaine de jeunes militants issus de la droite radicale et venus de toute la France se sont rassemblée pour une manifestation musclée dans le quartier de la Monnaie aux cris de « On est chez nous » et de « Islam hors d’Europe ». Ils se sont rapidement heurtés à un solide détachement de CRS mais aussi à certains habitants du quartier. Ces derniers se sont notamment acharnés à coup de club de golf sur l’un des militants, venu du département de la Mayenne, l’envoyant à l’hôpital et incendiant sa voiture. Une vingtaine de militants identitaires ont été interpellé par les forces de l’ordre.

Cécité médiatique


Dimanche 36 novembre, une nouvelle manifestation s’est déroulée au centre-ville de Romans-sur-Isère, solidement encadrée par les forces de l’ordre. Trois militants radicaux armés ont été interpellé de même que quatre habitants du quartier de la Monnaie probablement tenté d’en découdre avec les identitaires.

La gauche a dénoncé des « ratonnades » alors qu’aucune agression de personnes d’origine nord-africaine n’a été constaté. La droite, du RN aux LR en passant par Reconquête, elle, veut surtout retenir la mort du jeune Thomas comme symptôme d’un ensauvagement du pays provoqué par la population des quartiers majoritairement habités par des populations d’origine extra-européenne. 

Même si elles ne l’expriment pas, les autorités publiques sont en tout cas désormais conscientes qu’une …

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

philippe paternot

Il y a 3 mois

Signaler

0

le plus choquant c'est le traitement médiatique de cette affaire, il semble pour certains que les victimes (thomas et quatre autres serinés) soient coupables

philippe paternot

Il y a 3 mois

Signaler

0

pauvre gamin, pas encore un "petit ange" pas de minute de silence à l'assemblée nationale, c'est un petit blanc, un fait divers, un chien écrasé...

À lire

Diplomatie : le net recul de la France

Encore un recul significatif : la France perd deux places dans le très sérieux classement 2024 des réseaux diplomatiques mondiaux publié par The Lowy Institute. Elle se trouve désormais devancée par la Turquie et le Japon ! Une situation évidemment mal vécue par les diplomates du Quai d’Orsay par ailleurs souvent en butte à l’hostilité de la cellule diplomatique de Élysée.

La recherche française face au défi des coupes de l’État

Dans un décret paru jeudi 22 février au Journal officiel, le gouvernement a acté 10 milliards d’euros de coupes budgétaires. Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur est durement touché. Cette annonce risque de retarder les avancées scientifiques françaises, déjà à la traîne.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL