Société

[REPORTAGE] OQTF, ce qu’ils ont à dire

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Dans ce lotissement de Plaisir (Yvelines) jouxtant le commissariat, tout est calme. À peine quelques bruits de moteurs sont perceptibles. Des passants hâtent le pas sur les trottoirs. Si ce quartier semble paisible, pourquoi le poste de police est-il si imposant ? Entouré de blocs en béton armé et de fils barbelés, sa façade ressemble en tout point à un centre pénitentiaire. Ces locaux n’abritent pourtant pas de prison au sens strict, mais un centre de rétention administratif (CRA).

L’accès à ce site est commun à celui du commissariat. À l’intérieur du CRA, ce sont les agents de la police aux frontières qui gèrent les 26 retenus sous OQTF. En contact quotidien avec eux, l’un des policiers se laisse aller à quelques confessions : un djihadiste se trouverait à l’intérieur du site. « Il y a dans nos locaux un individu qui serait de Daesh. L’Algérie ne veut pas le récupérer et la France ne veut pas le libérer. » Normalement, un retenu est libéré au bout de 90 jours si son pays d’origine ne délivre pas le laissez-passer consulaire. Or, dans ce cas précis, sa rétention pourrait être prolongée de trois mois. Et après ? « Aucune idée » rétorque le policier. L’individu est d’autant plus dangereux, qu’il aurait essayé de « recruter des jeunes du centre ». « Il s’exprime bien et peut parfois être très mielleux » glisse l’un des gardiens. 

L’individu, fiché FSPRT (fichier de traitement des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste) est donc toujours sur le sol français. Pourtant, le 14 octobre dernier, le ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, Gérald Darmanin, avait demandé « l’expulsion systématique de tout étranger considéré comme dangereux par les services de renseignements », évoquant notamment les individus fichés dans ce fichier. Des propos tenus juste après l’assassinat de Dominique Bernard. Ce professeur de français d’un lycée d’Arras, avait été tué par un terroriste d’origine tchétchène, Mohammed Mogouchkov. L’auteur de l’attentat, …

Rémy Savarit

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

philippe paternot

Il y a 1 mois

Signaler

0

si le gouvernement voulait ... il a assez de moeyens de pression pour que tous les états reprennent leurs ressortissants, visas, transfert d'argent, etc. mais quand on ne veut pas ...

À lire

Diplomatie : le net recul de la France

Encore un recul significatif : la France perd deux places dans le très sérieux classement 2024 des réseaux diplomatiques mondiaux publié par The Lowy Institute. Elle se trouve désormais devancée par la Turquie et le Japon ! Une situation évidemment mal vécue par les diplomates du Quai d’Orsay par ailleurs souvent en butte à l’hostilité de la cellule diplomatique de Élysée.

La recherche française face au défi des coupes de l’État

Dans un décret paru jeudi 22 février au Journal officiel, le gouvernement a acté 10 milliards d’euros de coupes budgétaires. Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur est durement touché. Cette annonce risque de retarder les avancées scientifiques françaises, déjà à la traîne.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL