Culture

[Reportage] Face aux JO, le combat des bouquinistes

La lecture des articles est réservée aux abonnés

« Le temps est bon, le ciel est bleu », comme disait la chanson. Nous sortons d’une période de canicule et ce jour-là, le mercure est redescendu sur les quais parisiens. Le soleil brille et les quelques touristes encore présents dans la capitale en profitent pour flâner. Le long de la Seine, les bouquinistes sont là. Leurs boîtes vertes sont ouvertes, prêtes à accueillir les potentiels clients au milieu d’un brouhaha agressant perpétuellement les oreilles.  
Nous sommes en milieu d’après-midi et Jérôme Callais arrive devant son emplacement. Une place à deux pas de la Samaritaine et du Musée du Louvre qu’il occupe depuis 32 ans. Ses boîtes sont un peu vieillissantes. « Elles ont 32 ans », nous souffle celui qui est aussi président de l’association culturelle des bouquinistes de Paris. Mais pour lui comme pour les 219 autres bouquinistes, « pas question » que la mairie de Paris restaure ses boîtes. Leur côté « vintage », « c’est ce qui fait leur charme », poursuit-il. 
Dans un communiqué, la municipalité avait évoqué « une prise en charge de l’enlèvement et de la repose des boîtes », ainsi « que la rénovation des boîtes abîmées ». Le tout dans le cadre de leur enlèvement à l’occasion de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Paris 2024. Une décision que la mairie et la Préfecture de police de Paris justifient par des motifs de sécurité, mais aussi pour ne pas gêner la vue sur ladite cérémonie.

« Échanges, partages et rencontres humaines »


Bien ancrés depuis 450 ans sur les quais de Seine, les bouquinistes ne veulent pas en bouger. « Nous sommes un symbole de Paris. Si on résume la carte postale de la capitale, c’est la tour Eiffel, Notre-Dame et les bouquinistes », s’émerveille Jérôme Callais. Leur activité est même inscrite au patrimoine culturel immatériel français par l’UNESCO. « Nous sommes fondamentalement des libraires », confie ce passionné des livres.
 
Mais être bouquiniste, ce n’est pas que vendre des livres. « C’est aussi des échanges, des partages et …

Rémy Savarit

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Enfance en danger : Karl Zéro, Mathieu Bock-Côté et Najat Vallaud-Belkacem au menu d’OMERTA

Le cinquième numéro papier d’OMERTA , d'ores et déjà disponible en kiosque, frappe fort en abordant des thématiques trop souvent taboues, des scandales volontiers mis sous le boisseau, en lien avec l’avenir de nos enfants.

Vers un accord électoral majeur entre Marine Le Pen, Éric Ciotti et Marion Maréchal

Selon nos informations, provenant des différents états-majors politiques concernés, l’union des droites pourrait être scellée dès aujourd’hui. Le Président des LR doit prendre la parole à 13h ce mardi. Sa position semble contestée au sein de son parti.

Emmanuel Macron a déroulé le tapis rouge à Volodymyr Zelensky

Accueil en Normandie, honneurs militaires aux Invalides, discours à l’Assemblée nationale… Rien n’était trop bon trop beau pour encenser le controversé président ukrainien qui souhaite voir les occidentaux augmenter fortement leur soutien à sa croisade défensive contre les Russes.

[Éditorial] : Euthanasie, le débat confisqué

Même si son adoption entrainerait une rupture anthropologique majeure, l’euthanasie n’intéresse guère les Français. Bien organisé, le lobby promoteur du suicide assisté a su convaincre Emmanuel Macron de ne pas prendre en compte l’avis d’une grande majorité de soignants. A contrario, le nécessaire développement des soins palliatifs n’est pas garanti financièrement dans les années à venir.

Europe : à quelques jours des élections, la grogne des agriculteurs ne retombe pas

Dans cette semaine préélectorale, les agriculteurs européens se mobilisent, des Pyrénées à Bruxelles pour défendre leurs intérêts et alerter l’opinion. En France c’est le syndicat Coordination rurale qui demeure le plus mobilisé, la FNSEA restant en retrait.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL