Géopolitique

Rencontre France – Kazakhstan à Paris : un partenariat « politique et stratégique »  

La France continue son opération de séduction avec l’Eurasie. Après le président ouzbek, Shavkat Mirziyoyev, reçu le 22 novembre, Emmanuel Macron accueille à Paris le président du Kazakhstan, Kassym-Jomart Tokaïev, ces mardi et mercredi. Il a, pour ce faire, décalé son arrivée à Washington où l’attend Joe Biden. Selon l’Élysée, relayé par le quotidien 20 minutes, la visite « aura un objectif très politique et stratégique ». L’objectif affiché est « de consolider notre relation, d’amplifier notre dialogue dans un contexte difficile aussi pour les pays d’Asie centrale », fait-on savoir. Le rapprochement avec le Kazakhstan ne date pas d’aujourd’hui puisqu’il existe des partenariats en vigueur depuis 2008 entre les deux pays. Mais la visite du président Tokaïev est une double aubaine pour la France : l’ancienne république soviétique est encore très proche de la Russie, ce qui constitue un canal de dialogue de choix pour Emmanuel Macron ; et son sol regorge d’hydrocarbures. Le président kazakh sort d’ailleurs tout juste d’une entrevue à Moscou avec Vladimir Poutine.          
 
L’énergie et l’Ukraine au cœur des discussions 
  
Le Kazakhstan souhaite profiter de sa position de carrefour pour devenir un acteur majeur du commerce entre l’Europe et la Chine. Relayé par France24, Michael Levystone, chercheur à IFRI (Institut français des relations internationales) et spécialiste de l'Asie centrale, abonde dans ce sens : « L'intérêt des Européens pour l'Asie centrale, ce sont les ressources énergétiques, alors que les hydrocarbures russes sont sous embargo […], et les corridors de transports entre la Chine et l'UE », explique-t-il. Et d’ajouter que « les sanctions contre l'économie russe incitent les pays d'Asie centrale à vouloir diversifier leurs partenariats sur la scène internationale ». Pour le Kazakhstan, le rapprochement avec la France est donc une grande opportunité. La guerre en Ukraine continue à rebattre les cartes des relations internationales. L’ouverture de nouveaux corridors commerciaux en est l’un des symptômes. 
   
Mardi 22 novembre, Emmanuel Macron, recevait son homologue ouzbek, Shavkat Mirzioïev, à l’occasion du 30e anniversaire de leurs relations bilatérales. Des accords de coopération ont été signés sur de divers domaines, comme la fonction publique, la lutte contre la corruption, l’éducation, le patrimoine ou l’aviation civile. D’autres accords portaient, eux, sur l'énergie, la gestion de l'eau, les transports et le tourisme. Un peu plus tard, le président français s’est entretenu avec son homologue tadjik. 
 

Mayeul Chemilly

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Élections européennes : La fiche d’identité du Parti fédéraliste européen

Pour qui allez-vous voter aux élections européennes ? Si vous êtes encore indécis, et même si vous avez fait votre choix, Omerta vous propose une fiche d’identité de toutes les têtes de listes avec leurs principales propositions. Yves Gernigon représente la liste Parti fédéraliste européen. Son programme s’axe principalement sur la création d’une fédération européenne.

Emmanuel Macron peine à rassurer les agriculteurs

De l’avis de beaucoup d’observateurs, Emmanuel Macron a rapidement mis sous le boisseau la crise agricole, étant incapable de la régler. L’Élysée mise sur un succès de la FNSEA lors des prochaines élections aux chambres d’agriculture pour garder le contrôle de ce secteur économique en pleine mutation, quitte à laisser la révolte gronder dans les campagnes françaises.

Cinéma Omar Sy à Trappes : c’est Renoir qu’on assassine

La ville de Trappes (Yvelines) a décidé de rebaptiser le cinéma municipal du nom de l’acteur au prétexte qu’il soit natif de la commune. En faisant cela, le maire socialiste Ali Rabeh, proche de Benoit Hamon, et son conseil municipal remisent au placard Jean Renoir, inoubliable réalisateur de « La Grande Illusion » et de « La Règle du jeu ».

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier