Géopolitique

Régis Le Sommier sur le Kosovo : « la tension est à son comble ! »

Pourquoi avez-vous décidé de partir au Kosovo ? 

J’ai décidé de me rendre au Kosovo car on y signalait un regain de violence comme il n’en avait pas été observé depuis longtemps. Les Serbes étant les alliés traditionnels des Russes et les Kosovars -depuis la fin de la guerre et la déclaration d’indépendance en 2008- étant eux alignés sur les positions américaines, je voulais me rendre compte s’il existe en Europe un potentiel pour l’ouverture d’un second front dans la nouvelle Guerre Froide à laquelle nous assistons. 

 

Quelles y sont les relations entre les Serbes et les Albanais ? 

Elles sont très mauvaises, mais le pire c’est au niveau de la jeunesse. Les anciens se sont combattus. Depuis vingt ans et malgré des pressions sur la minorité serbe, les choses sont restées en l’état et les communautés ont appris à cohabiter. Je dirai que ceux qui ont vécu la guerre, subi des pertes dans leur famille ou des disparus, savent tout le prix qu’il y a à payer si les choses dégénèrent. Chez les jeunes, on pourrait imaginer qu’il existe un autre état d’esprit, avec une volonté de passer à autre chose, d’envisager l’avenir sans violence ethnique. Or il n’en est rien. Comme presque partout dans le monde, ils font preuve d’un désintérêt pour le passé et, de surcroît, ils ont été élevés dans la haine de l’autre communauté. Ils ne voient en elle que l’expression du mal, sans visage humain. Si la guerre recommence au Kosovo, ils prendront les armes et répondront présents comme un seul homme. 

 
Le conflit est-il ethnique ou religieux ? 

 C’est un conflit, comme souvent, où la religion est prétexte à l’identité. La pratique est forte des deux côtés mais ce n’est pas de points de désaccord théologiques dont on discute. La matrice du conflit n’est pas non
plus de nature djihadiste. Il ne s’agit pas de soumettre les Serbes ou de les expulser parce qu’ils ne sont pas musulmans. Ce sont davantage les fractures du passé qui comptent et c’est le nationalisme, de part et d’autre, qui les reprend à son compte. 

 
Le Kosovo est aussi un point de crispation géopolitique des Balkans. Peut-on le résumer par une division entre les pro-Serbie russophiles et les pro-Albanais américanophiles ? 

 C’est cela dans les grandes lignes. À mesurer cependant parce qu’il existe d’autres groupes ethniques comme les Goranes qui sont serbes et vivent dans le Sud du Kosovo. Il y a aussi des Bosniaques et même des Croates qui sont venus s’installer au Kosovo à la suite des guerres des années 90. 


La situation est-elle viable sur le long-terme ? Une crise peut-elle éclater ? 

Une crise peut tout à fait éclater. Les tensions sont à leur comble. Nous l’avons constaté dans les enclaves serbes du Sud où une simple histoire de trafic de vin vire à l’émeute et chez les Albanais de Mitrovica, où
le déploiement de policiers kosovars dans la zone serbe a provoqué des échauffourées et où les jeunes Albanais mettent la cagoule, prêts à en découdre… 

 

Le destin du Kosovo est-il d'appartenir un jour à la Serbie ou à l'Albanie selon vous ? 

Le destin du Kosovo se règlera avec une solution pour le Nord du pays où les Serbes sont majoritaires et qui pourrait être rattaché à la Serbie. Un échange territorial avec la vallée de Precevo située en Serbie mais
peuplée d'une majorité d’Albanais est régulièrement évoqué afin de régler le conflit. Il reste le sort des monastères serbes qui sont au cœur de l’identité du pays et se trouvent presque tous éparpillés en territoire kosovar, en tout cas pour les plus sacrés. La communauté internationale devra garantir leur
accès aux pèlerins serbes et la sécurité des moines. L’Europe pourrait jouer très bien un rôle aussi. 

Alexandre de Galzain

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Europe : le RN accélère la recomposition des droites européennes au détriment de l’AFD

L’exclusion des Allemands de l’AFD du groupe commun avec le RN et la Lega au Parlement européen peut faciliter la constitution d’un groupe souverainiste unique après les prochaines élections européennes prévues le 9 juin.

Emmanuel Macron peine à rassurer les agriculteurs

De l’avis de beaucoup d’observateurs, Emmanuel Macron a rapidement mis sous le boisseau la crise agricole, étant incapable de la régler. L’Élysée mise sur un succès de la FNSEA lors des prochaines élections aux chambres d’agriculture pour garder le contrôle de ce secteur économique en pleine mutation, quitte à laisser la révolte gronder dans les campagnes françaises.

Cinéma Omar Sy à Trappes : c’est Renoir qu’on assassine

La ville de Trappes (Yvelines) a décidé de rebaptiser le cinéma municipal du nom de l’acteur au prétexte qu’il soit natif de la commune. En faisant cela, le maire socialiste Ali Rabeh, proche de Benoit Hamon, et son conseil municipal remisent au placard Jean Renoir, inoubliable réalisateur de « La Grande Illusion » et de « La Règle du jeu ».

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier