Enquêtes

Régis Le Sommier : « Nous avons été pris pour cible par un tank ukrainien »

« Nous étions dans une zone située au nord de Bakhmout. Cette ville est l’objet de toutes les attentions, d’une offensive et d’une contre-offensive entre deux armées absolument colossales. 

Le secteur où nous étions était très important, car il conditionne l’accès à des axes routiers, dont le contrôle a une influence sur la suite de la guerre dans le Donbass. Les Russes essaient d’avancer sur ces axes. S’ils en prennent le contrôle, le ravitaillement ukrainien depuis Sloviansk et Kramatorsk deviendra impossible. Chacun a conscience de cet enjeu conséquent. 

J’ai couvert beaucoup de guerres. Celle-ci est différente. Un soldat me disait là-bas que même des militaires russes ayant fait les campagnes de Syrie et de Tchétchénie trouvaient que cette guerre était plus intense. On est dans une guerre qui est peut-être la Troisième Guerre mondiale. En tout cas, ce qui m’a surpris, c’est cette vie sur la ligne de front où nous avons passé un peu de temps. 

La ligne de front, c’est une zone qu’on voit parfois dans les films, qui ressemble à une sorte de chaos où il y a des explosions tout le temps. La pièce maîtresse de cette ligne de front, c’est le drone. S’il y avait une cathédrale militaire, le drone en serait la clef de voûte. C’est du drone que convergent toutes les informations, qui seront ensuite transmises aux pièces d’artillerie, aux obusiers, aux lance-missiles, et aux tanks. Ce dernier est le souverain du champ de bataille, mais qui est devenu vulnérable. 

Les Russes envoient plusieurs drones, et sont capables de visualiser le tout sur une seule entité : le tout se passe dans un bunker situé sur la ligne de front, où on voit plusieurs soldats en sous-sol, que les Ukrainiens ne peuvent pas atteindre. Les opérations sont pilotées ici. 

Il y a la même chose de l’autre côté, ce que nous avons appris à nos dépens, puisque quand on est arrivé sur cette ligne de front en voiture civile, nous cherchions à être discrets. Or, nous avons été repérés dès notre arrivée : la voiture s’est garée le long d’une grange, une partie de l’équipe, dont notre caméraman, a suivi le commandant qui allait dans la tranchée. Nous étions censés, avec mon fixeur Charles d’Anjou [NdlR : président d’OMERTA], les rejoindre, mais immédiatement, les tirs ont plu sur nous. Un premier obus est tombé : nous nous sommes réfugiés dans un hangar. Nous étions avec un soldat, seuls. Il était très inquiet, et nous avons commencé à entendre des voix en russe nous apostropher depuis l’autre côté du mur de la grange. C’était un moment très intense, car le soldat ne savait pas s’il devait répondre : nous avons pensé un moment que ceux qui nous appelaient étaient Ukrainiens. 

Le soldat a finalement décliné son identité, a demandé qui était derrière le mur : c’était heureusement un soldat russe de la même unité. Tout cela se passe en même temps que les tirs d’un tank ukrainien qui nous avait repérés : imaginez notre angoisse ! 

Nous étions bloqués. » 

Retrouvez la vidéo ici

La rédaction d'OMERTA

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Misericordia Scribo

Il y a 8 mois

Signaler

0

La 3ème ? De toute évidence, oui, nous assistons à la troisième guerre mondiale. Une guerre du 21ème siècle, différente de celles auxquelles nous nous référons, au 20ème siècle. World War nouvelle formule. La partie "fournitures" est prise en charge par les pays industriels occidentaux, la partie "combat" par les consommables ukrainiens, le tout sur un champ de bataille fixe restreint, aux limites officieuses incertaines. D'une manière ou d'une autre, plusieurs pays du monde, au secours d'un territoire agressé, combattent un envahisseur, loin à l'est du continent Européen. L'effort de guerre est mondial, pourquoi la guerre, elle, ne le serait pas ? Question de réthorique, à la limite du sophisme, les pays supportant un effort de guerre, ne sont, soit-disant, ni belligérants, ni même co-belligérants. Ah bon ? C'est la façon officielle de voir les choses, en occident, et c'est la seule manière autorisée d'en parler. La France n'est pas en guerre, elle envoie juste ses canons, ses camions et ses effectifs militaires logistiques associés, au service d'autres militaires qui, eux, vont mourrir. Les drones observent, les artilleurs bombardent. Celà, on peut le dire. En revanche, rapporter que l'armée Ukrainienne bombarde un équipe de journalistes occidentaux, ça, mesdames, mesdemoiselles, messieurs de la Rédaction, ça ne va pas passer. Omerta sera le seul Média à l'évoquer. Et oui, ça ne fait pas bien dans le tableau qu'on nous peint depuis des mois. Comme pour les autres signaux faibles récents qui montrent que le monde (économique, politique, diplomatique) en a raz le bol de l'Ukraine (du conflit Russo-Ukrainien), ce dont témoigne monsieur Le Sommier ne passera pas la censure d'Alla Poedie Naiditch, une consultante propagandiste d'une chaîne d'info en continu nationale, une merveilleuse jeune femme "pousse à la guerre". En gros, le message est assez simple: donnez nous plus d'armement et taisez-vous. Nous sommes dans la troisième guerre mondiale, depuis l'armement jusqu'aux plateaux de TV, en France et en Russie, et tout le monde bombarde tout le monde. Qui s'attendait à autre chose ? C'était sur Minsk 1 et 2, et sur le format "Normandie" qu'il fallait travailler. Maintenant les journalistes sont bombardés. Comme le reste, et tout ce sang versé, et ce pays détruit, sous nos yeux, un foutoire monstre, partiellement organisé par un vieil homme sénile, sleepy Joe. Et l'UE ne sait plus quoi faire. Wahou ! Heureusement certains journalistes font leur métier, prennent des risques et témoignent des 2 côtés du front. Merci à l'équipe d'Omerta, courage et compliments pour ce reportage affuté. Wahou !

Philippe WEBER

Il y a 1 ans

Signaler

1

Il fallait sortir de la doxa et du politiquement correct. Au nom de la Vérité, Régis Le Sommier l'a fait. Merci pour votre courage, ce courage qui rend libre. .

À lire

Europe : le RN accélère la recomposition des droites européennes au détriment de l’AFD

L’exclusion des Allemands de l’AFD du groupe commun avec le RN et la Lega au Parlement européen peut faciliter la constitution d’un groupe souverainiste unique après les prochaines élections européennes prévues le 9 juin.

Gaza : Les Occidentaux embarrassés par le réquisitoire de la Cour Pénale Internationale

Les possibles poursuites de la CPI contre Benjamin Netanyahu et Yoav Gallant inquiètent les chancelleries occidentales qui seraient alors obligés de les arrêter en cas de séjour sur leurs territoires, mis à part aux États-Unis qui n’ont pas ratifié le statut de Rome.

Emmanuel Macron peine à rassurer les agriculteurs

De l’avis de beaucoup d’observateurs, Emmanuel Macron a rapidement mis sous le boisseau la crise agricole, étant incapable de la régler. L’Élysée mise sur un succès de la FNSEA lors des prochaines élections aux chambres d’agriculture pour garder le contrôle de ce secteur économique en pleine mutation, quitte à laisser la révolte gronder dans les campagnes françaises.

Cinéma Omar Sy à Trappes : c’est Renoir qu’on assassine

La ville de Trappes (Yvelines) a décidé de rebaptiser le cinéma municipal du nom de l’acteur au prétexte qu’il soit natif de la commune. En faisant cela, le maire socialiste Ali Rabeh, proche de Benoit Hamon, et son conseil municipal remisent au placard Jean Renoir, inoubliable réalisateur de « La Grande Illusion » et de « La Règle du jeu ».

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

À Voir

Débat entre Régis Le Sommier et BHL