Enquêtes

Régis Le Sommier de retour d’Ukraine : « C’est un enfer ! »

« Je viens de passer près de dix jours avec les troupes russes, à Kreminna Svatove, au nord de Bakhmout. J’en ai tiré deux enseignements. D’abord, ils sont absolument déterminés, ils ont énormément d’armes. J’avais entendu sur les plateaux que les Russes manquaient de munitions, qu’ils étaient démoralisés, mais le discours de Poutine fonctionne très bien avec ceux que j’ai rencontrés. 

J’ai passé du temps avec eux : l’écho de la Seconde Guerre mondiale est permanent, structurant : ils vivent la guerre de leurs grands-pères. C’est peut-être quelque chose que nous avons ignoré durant plusieurs années. 

Le second enseignement, c’est que c’est un enfer. Quand j’entends des propos comme ceux de Robert Ménard, qui poussent à continuer, à alimenter le conflit, je me dis que je n’ai pas envie que l’on vive en France ce que j’ai vécu pendant dix jours. 

Vous êtes sur une ligne de front, c’est Verdun. Vous êtes réveillé pas des tirs d’obus qui soufflent vos fenêtres. Vous calfeutrez la fenêtre parce qu’il fait moins quinze dehors… Ce sont des choses que j’ai vécues à mon petit niveau. La dernière journée, dimanche, nous étions sur un poste avancé vraiment sur la ligne de front. 

Le sergent qui nous accueille –nous avons été obligés de courir pour accéder à cette position- nous explique que ce matin, ils ont perdu trois hommes. Les cadavres sont à quelques mètres, mais ils ne peuvent pas aller les récupérer parce que ça tire trop. En effet, nous étions à ce moment dans la ligne de mire d’un char ukrainien. Nous nous calfeutrions dans une grange. Je lui ai donc demandé si, par moments, des trêves étaient organisées pour récupérer des hommes. 

J’ai déjà vu ça en Syrie, même avec des djihadistes, l’armée de Bachar al-Assaddisait : « on va mettre les hommes ici, et vous allez les récupérer ». Là, il me que non, il n’y a pas de trêve, il n’y a jamais de trêve. Il y a seulement un petit soupçon d’humanité qui arrive sur les coups de midi et demi, quand le tir se relâche. 

Je lui demande alors si c’est en lien avec la pause-déjeuner. Il me dit que oui, mais qu’il ne faut pas le dire aux responsables car cela s’est décidé sans se parler. 

Kreminna Svatove, là où nous étions, est l’un des derniers verrous ukrainiens. Nous étions dans l’un des axes vers Bakhmout, qui est la ligne de vie vers Kramatorsk, vers Sloviansk, qui sont les dernières grosses villes tenues par les Ukrainiens. C’est l’une des parties du front les plus disputées actuellement, où l’on voit des tirs d’artillerie nuit et jour avec du 220mm, du 300mm, des missiles. 

On parle souvent des armes occidentales. Mais dans ce coin, ces armes n’arrivent pas. Pas de missiles Himars, c’est du matériel russe contre du matériel russe. » 

La rédaction d'OMERTA

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Eliane D'ESTAING

Il y a 6 jours

Signaler

1

Interviewé dans Omerta Éric Denécé dit que les américains se désengagent sachant l'Ukraine perdue et ils nous refilent le problème pour ruiner l'Europe. Et ça marche

Eliane D'ESTAING

Il y a 6 jours

Signaler

0

Comme le dit Éric DENÉCÉ dans omerta les Américains se désengagent et nous refilent le conflit à nous Européens pour nous ruiner

CT-7567 null

Il y a 2 semaines

Signaler

0

Nazifier un Juif, la nouvelle mode, semble-t-il

CT-7567 null

Il y a 2 semaines

Signaler

0

Bah, il y a un pays, la Russie, qui en a envahi un autre, l'Ukraine. En 2014. Je crois qu'à partir de là, c'est un peu chaud de vivre en paix...

Jean-michel Allain

Il y a 1 mois

Signaler

0

L Amérique je crois

philippe paternot

Il y a 3 mois

Signaler

2

l'otan, les usa, l'ue continuera jusqu'au dernier ukrainien , il y a encore des vieux que zélinski recrute comme le faisait hitler avec la volkstrum

Gilles Bourquin

Il y a 4 mois

Signaler

2

Cette guerre s’enlise. Il est grand temps de commencer le processus trêve, négociations, replis, paix.

Philippe WEBER

Il y a 1 ans

Signaler

1

C'est la stratégie Divide ut regnes dans laquelle les anglo-saxons sont passés maîtres. Ils peuvent faire la même chose en France, si nous vassaux, leur désobéissons, alors que tous les ingrédients sont déjà réunis..

Ivan Schreck

Il y a 1 ans

Signaler

1

Merci pour ce témoignage essentiel.

Véronique SAVEY

Il y a 1 ans

Signaler

3

C'est tout bénéf pour les Américains, faut pas chercher plus loin

thibault gueho

Il y a 1 ans

Signaler

0

Comment on a pu arriver a la situation ou deux peuples qui avaient reussi a vivre ensemble pendant des siecles se maessacrent

À lire

Portugal 1974-2024 : Pour comprendre la Révolution des œillets

Il y a 50 ans jour pour jour, les « capitaines d’avril » renversaient pacifiquement la dictature éculée de Marcelo Caetano sur fond d’une interminable guerre de décolonisation. Au-delà de la question du retour festif de la démocratie dans ce pays, cet évènement doit s’analyser en considérant le sens particulier que revêt l’Histoire dans cette ancienne puissance maritime européenne.

[Analyse] États-Unis : le Congrès va débloquer 61 milliards de dollars pour l’Ukraine

La Chambre des représentants des États-Unis a dégagé une majorité pour voter 61 milliards pour l’Ukraine, 13 milliards pour Israël et 8 milliards pour Taïwan. Zelensky et Netanyahu se félicitent de cette décision qui financera, non sans arrière-pensées, leurs opérations militaires mais également le complexe militaro-industriel américain.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

À Voir

Débat entre Régis Le Sommier et BHL