Société

Réforme des retraites 4 : le 49-3, réponse aux oppositions

La lecture des articles est réservée aux abonnés

 La mise en place de la réforme des retraites, évidemment, n’ira pas sans mal. Dès 2019, à l’aube du projet, les oppositions commençaient déjà à tiquer, prévoyant mouvements sociaux et contestations à l’Assemblée. Pourtant, le mouvement des Gilets Jaunes était bien passé et La République en Marche avait une large majorité absolue à l’Assemblée. La crise du Covid-19 ayant repoussé les échéances, c’est en 2022 que la contestation a repris. 

 
Un sujet de la campagne

Durant la campagne présidentielle de 2022, bien que les yeux aient été rivés sur l’invasion de l’Ukraine par la Russie et sur le sujet de l’identité française, la réforme de retraites a également eu sa part d’audience durant les premiers mois de l’année. 

Le parti Les Républicains s’était déjà positionné sur ce sujet depuis quelque temps, faisant craindre aux électeurs de droite des accointances avec le parti d’Emmanuel Macron : la retraite à 65 ans était déjà chez François Fillon un axe majeur de son programme d’austérité et d’assainissement des finances publiques. Valérie Pécresse l’a d’ailleurs repris à son compte, avec cette fois-ci une force centriste à ses côtes. Plus à droite, le programme social d’Eric Zemmour s’était lui aussi inscrit dans cette ligne libéral-conservatrice. 

Alors, qui était franchement opposé à ce projet ? Toute la gauche, et Marine Le Pen. Au-dessus de toutes, c’est la voix du chef de file de La France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon, qui s’est fait entendre. 

 
La réforme à l’envers 

Les propositions des deux « grandes » oppositions, LFI et le RN, tiennent également de la réforme des retraites. Celle-ci serait en principe approuvée par 68% des Français…pour un âge légal à 60 ans. 

Du côté de Marine Le Pen, l’idée est de diminuer le chômage, garantir le droit à la retraite, et lutter contre la « précarisation » causée par le mandat d’Emmanuel Macron. Son projet ? Indexer les retraites sur l’inflation, passer le minimum vieillesse à 1000 euros, et la retraite à 60 ans… pour ceux qui …

Alexandre de Galzain

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Dominique Baussart

Il y a 1 ans

Signaler

1

Macron et son gouvernement n'ont aucun respect du résultat des urnes ; Macron est un arrogant, imbu de sa personne etc.

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

[Éditorial] Attaque de l’Iran contre Israël : le monde retient son souffle…

Pour sa riposte, inévitable après la destruction de son consulat à Damas, l’Iran, pensait-on, utiliserait ses « proxy », le Hezbollah au Liban, les milices chiites en Irak ou les Houthis en Mer Rouge pour se venger d’Israël. Rien de tout cela ne s’est produit.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL