Société

Réforme des retraites 3 : quel est le projet d’Emmanuel Macron ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés

 Le projet d’Emmanuel Macron a évolué avec le temps, comme le montre le premier article de notre série sur la réforme. Si le projet de loi n’a pas encore été finalisé, certaines pistes permettent de voir ses grandes tendances. 

Depuis le 1er décembre, le ministre du Travail Olivier Dussopt dialogue avec les partenaires sociaux sur le projet de la réforme des retraites. La mesure avance, avec pour clef de voûte le passage de l’âge légal de la retraite de 62 à 65, ou 64 ans selon l’évolution de la loi au Parlement. Le texte devait être présenté le 15 décembre, mais Emmanuel Macron l’a récemment repoussé au 10 janvier. Il n’est d’ailleurs pas exclu que la récente élection d’Éric Ciotti à la tête des Républicains y soit pour quelque chose. 

 

La retraite à 65 ans : pour quoi faire ? 

Si jamais le gouvernement parle de la réforme des retraites comme d’une mesure « sociale », il ne s’agit là que d’un élément de langage. En effet, la « vraie » motivation de cette loi, c’est le fameux « équilibre » du système. Si, selon les prévisions du Conseil d’Orientation des Retraites (COR), l’année 2022 devrait voir un excédent de 3,2 milliards d’euros, il n’en serait pas de même à l’avenir. Ses prévisions ne sont pas franchement positives : entre 7,5 et 10 milliards de déficit sur l’année 2027, et entre 12,5 et 20 milliards sur l’année 2032.  Ce seraient ainsi face à vingt-cinq années de déficit que la France devrait faire face, avant qu’une stabilisation démographique n’opère. 

Pour autant, le COR ne préconise pas de réforme. Olivier Dussopt, de son côté, parle de cette loi comme le changement qui aurait « l’efficacité budgétaire la plus forte ». Selon Bercy, le recul de l’âge de départ à la retraite à 65 ans permettrait de relever le PIB de près d’un point, et de créer jusqu’à 240 000 emplois. Cette seule mesure permettrait également de réduire les dépenses de 20 milliards d’euros par an à partir de 2032, pour 9 milliards dès 2027. De son côté, l’allongement de la durée de cotisation …

Alexandre de Galzain

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Arthur G.

Il y a 1 ans

Signaler

0

Question ambigüe, parce macron n'a pas de réponse. Et si, par chance, il en trouve une, celle ci sera aussitôt invalidée dans les jours qui suivent.

baur christiane

Il y a 1 ans

Signaler

1

Et main basse sur AGIRC ARRCO, c'est le hold-up d'un régime qui lui est à l'équilibre depuis 75 ans

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

[Éditorial] Attaque de l’Iran contre Israël : le monde retient son souffle…

Pour sa riposte, inévitable après la destruction de son consulat à Damas, l’Iran, pensait-on, utiliserait ses « proxy », le Hezbollah au Liban, les milices chiites en Irak ou les Houthis en Mer Rouge pour se venger d’Israël. Rien de tout cela ne s’est produit.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL