Société

Réforme des retraites 2 : nos voisins les Européens

La lecture des articles est réservée aux abonnés

En Europe, on compte de très différents systèmes de retraite. Certains sont universels et s’appliquent donc à toute la population. D’autres sont basés sur des différences sexuelles (les femmes partent plus tôt à la retraite que les hommes), ou un nombre d’années de cotisation.  
Pour l’instant, la France, à 62 ans, reste le pays où on part le plus tôt à la retraite de l’Union Européenne. Si on prend tout le continent, le champion est l’Ukraine : 60 ans pour les hommes, 55 ans pour les femmes. A contrario, les pays dans lequel cet âge est le plus élevé dans l’Union Européenne sont l’Allemagne, l’Italie et le Danemark avec 67 ans. À partir de 2035, ce dernier pays devrait battre tous les records : 69 ans. 

Alors, qu’en est-il autour de la France ? L’Espagne, la Belgique, la Suisse, le Luxembourg, Andorre et Monaco sont tous exactement au même niveau : 65 ans. Notons qu’en Suisse, les femmes ont le privilège d’un départ à 64 ans. Mais ces législations, déjà bien plus contraignantes que celle de la France, devraient encore évoluer. En Espagne par exemple, 37 ans et six mois de cotisations sont nécessaires aujourd’hui. Ce chiffre devrait augmenter d’un an d'ici à 2027. En Belgique, l’âge légal de départ passera à 66 ans en 2025, et 67 ans en 2030, rejoignant ainsi son voisin allemand.

Jetons alors un regard outre-Manche. Au Royaume-Uni, le système est passablement plus complexe. En effet, les acteurs privés ont un grand rôle à jouer dans le système, par le biais de fonds de pension. La retraite par capitalisation y est importante, l’État n’étant pas le seul acteur. Cependant, l’âge légal y existe, et est fixé à 66 ans. Cependant, une loi supplémentaire existe, qui a toute son importance : si un Britannique travaille jusqu’à 70 ans, il recevra une prime de plus de 30 000 euros. Cette mesure incitative permet de contourner l’âge légal et maintenir plus de personnes actives.  
Comme en Suisse, certains modèles européens avantagent les femmes, dont l’espérance de vie est …

Alexandre de Galzain

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

[Éditorial] Attaque de l’Iran contre Israël : le monde retient son souffle…

Pour sa riposte, inévitable après la destruction de son consulat à Damas, l’Iran, pensait-on, utiliserait ses « proxy », le Hezbollah au Liban, les milices chiites en Irak ou les Houthis en Mer Rouge pour se venger d’Israël. Rien de tout cela ne s’est produit.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL