Géopolitique

RDC : Macron tire à boulet rouge… à côté de la cible

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Emmanuel Macron terminait dimanche matin une tournée de cinq jours dans l’ouest de l’Afrique. Cette tournée s’est achevée par un passage remarqué en République Démocratique du Congo (RDC) : le président français s’est gardé de condamner directement le Rwanda pour son implication dans la guerre civile qui déchire une partie de la RDC. À rebours de cette condamnation attendue, il a fermement pointé du doigt les responsabilités du gouvernement congolais dans la mauvaise gestion des crises internes au pays, ancienne colonie belge. Redorer l’image de la France auprès des Africains attendra. 
 
Lors de la conférence de presse donnée au Palais de la Nation de Kinshasa, en compagnie de son homologue congolais, Félix Tshisekedi, Emmanuel Macron s’est attardé sur les exactions perpétrées par le M23, une milice qui sévit dans l’est de la RDC, notamment sur les zones riches en minerais. À l’origine, le M23 est une création du Rwanda, mais le pays en avait officiellement pris ses distances en 2013. La RDC « ne doit pas être un butin de guerre, le pillage à ciel ouvert doit cesser. Ni pillage, ni balkanisation, ni guerre », a martelé le chef d’État français, lors de son discours. « La France a constamment condamné le M23 et tous ceux qui le soutiennent. Je suis ici pour que chacun prenne ses responsabilités, y compris le Rwanda ». La séquence, applaudie, manque pourtant de clarté et noie les responsabilités du Rwanda dans un ensemble de causes. 
 
Le jeu d’équilibriste n’échappe pas aux observateurs congolais. Le média gouvernemental congolais Politico.cd explique ainsi que « le président Français est resté flou ». Kinshasa s’attendait à une condamnation en règle du Rwanda, en vain. « Macron n’a pas condamné Kigali corroborant ainsi la thèse d’un soutien présumé français au régime de Paul Kagame appuyé par les mouvements citoyens à la veille de son arrivée à Kinshasa. » Les experts de l’ONU et les ONG documentent le soutien actif du Rwanda à la rébellion armée du M23, qui serait …

Pierre-René Lavier

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Martine Lepage

Il y a 1 ans

Signaler

0

La France avait deux rendez-vous ; en 2014 et 2015... s'assurer du respect des Accords de Minsk II après l'échec de ceux de Minsk I ; l'a t-elle fait alors (avec l'Allemagne) ? NON elle s'est défossée comme à son habitude. Faire la leçon à un pays souverain avec de telles "casseroles" et totalement indigne ; mais ce chef d'état n'est pas une indignité près...

Patrick Jobart

Il y a 1 ans

Signaler

0

Blâmer le gouvernement congolais pour n'avoir pas été capable de restaurer la souveraineté du pays, quand on voit ce qu'il fait de celle de la France, fallait oser. (c'est même à ça qu'on le reconnait)

Patrick Jobart

Il y a 1 ans

Signaler

0

Blâmer le gouvernement congolais pour n'avoir pas été capable de restaurer la souveraineté du pays, quand on voit ce qu'il fait de celle de la France, fallait oser. (c'est même à ça qu'on le reconnait)

MARC defritsch

Il y a 1 ans

Signaler

0

Ce n'est pas un article, c'est un compte rendu: pas d'intérêt. Le titre laissait penser autre chose. Dommage

À lire

Portugal 1974-2024 : Pour comprendre la Révolution des œillets

Il y a 50 ans jour pour jour, les « capitaines d’avril » renversaient pacifiquement la dictature éculée de Marcelo Caetano sur fond d’une interminable guerre de décolonisation. Au-delà de la question du retour festif de la démocratie dans ce pays, cet évènement doit s’analyser en considérant le sens particulier que revêt l’Histoire dans cette ancienne puissance maritime européenne.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier