Politique

Raphaël Glucksmann ou l’atlantisme à visage humain

Raphaël Glucksmann n’est autre que le fils du philosophe André Glucksmann (1937-2015) qui eut son heure de gloire dans les années 1970 et 1980. D’abord membre de l’Union des étudiants communistes, il terminera sa vie en défendant, à partir de 1977 et de la publication des Maîtres penseurs, des positions néo-conservatrices. En janvier 1977, André Glucksmann figure parmi les 69 signataires (dont Sartre, Aragon et Sollers) d’une pétition de soutien, intitulée À propos d’un procès, à trois pédo-criminels. De 2006 à 2008, André et Raphaël Glucksmann seront des contributeurs cde la revue néo-conservatrice Le Meilleur des Mondes, organe officieux des réseaux pro-américains en France.

Passé par le lycée Henri IV et Sciences Po Paris, Raphaël Glucksmann, s’intéresse très jeune à la cause ukrainienne, réalisant dès 2004 avec David Hazan sur la révolution orange, dont on savait déjà à l’époque qu’elle était financée par les États-Unis. Politiquement, Raphaël Glucksmann adhère tout d’abord en 2007 au parti libertarien Alternative libérale, fondé en 2006 par Édouard Filias, ancien militant de l’UNI sur le campus de Jussieu. 

D’Ukraine en Géorgie, toujours contre les Russes

Il va rapidement entremêler son intérêt pour l’Ukraine avec celui qu’il porte à la Géorgie depuis le mois d’août 2008. En 2009, il ouvre une « Maison de l’Europe, à Tbilissi, la capitale géorgienne et épouse Eka Zgouladze, vice-ministre de l’Intérieur de Géorgie, de 2005 à 2012. De 2014 à 2016, elle sera vice-ministre de l’Intérieur en Ukraine. Glucksmann fut lui-même de 2009 à 2012 conseiller du président géorgien Mikheil Saakachvili, proche de Volodymyr Zelensky qui possède la nationalité ukrainienne. Il a fait connaissance avec Saakachvili dès 2004 à Kiev. Ce dernier est actuellement emprisonné en Géorgie où il purge une peine de huit années de prison. 

Depuis 2015, revenu vivre en France, Raphaël Glucksmann partage sa vie avec la journaliste de télévision Léa Salamé. En 2018, ce nomade invétéré déclare à la chaîne franco-allemande Arte ces propos qui résument bien sa philosophie politique : « Quand je vais à New York ou à Berlin, je me sens plus chez moi, a priori, culturellement, que quand je me rends en Picardie, et c’est bien ça le problème. » 

Ayant évolué du centre droit au centre gauche, Raphaël Glucksmann obtient l’investiture du Parti Socialiste pour les élections européennes de 2019. Même régulièrement allié avec le PCF depuis les années 1970 et le programme commun de la gauche négocié par François Mitterrand et Georges Marchais, le PS a en effet une longue tradition atlantiste. Gluckmann n’adhère pas pour autant au PS mais prend la tête d’un petit mouvement social-libéral, Place Publique. 

Jacques Cognerais

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Yann MORELLEC

Il y a 2 semaines

Signaler

0

Oui , on pouvait comprendre que son père ait soutenu l ' archipel du Goulag, mais la Russie n 'est plus communiste et l 'Amérique de Reagan ne m'a jamais fait rêver !!

philippe paternot

Il y a 3 semaines

Signaler

1

"toujours contre les russes" c'est sa façon de devenir adulte, s'affranchir des idées du père!

À lire

Portugal 1974-2024 : Pour comprendre la Révolution des œillets

Il y a 50 ans jour pour jour, les « capitaines d’avril » renversaient pacifiquement la dictature éculée de Marcelo Caetano sur fond d’une interminable guerre de décolonisation. Au-delà de la question du retour festif de la démocratie dans ce pays, cet évènement doit s’analyser en considérant le sens particulier que revêt l’Histoire dans cette ancienne puissance maritime européenne.

[Analyse] États-Unis : le Congrès va débloquer 61 milliards de dollars pour l’Ukraine

La Chambre des représentants des États-Unis a dégagé une majorité pour voter 61 milliards pour l’Ukraine, 13 milliards pour Israël et 8 milliards pour Taïwan. Zelensky et Netanyahu se félicitent de cette décision qui financera, non sans arrière-pensées, leurs opérations militaires mais également le complexe militaro-industriel américain.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL