Culture

Que reste-t-il de Maurice Barrès ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Le 4 décembre 1923, Maurice Barrès s’éteignait à Neuilly-sur-Seine. Député de Paris, membre de l’Académie française, celui qui avait été le « prince de la jeunesse » était devenue un « professeur d’énergie », l’égotiste du Culte du moi était devenu le chantre des Diverses familles spirituelles de la France

Postérité littéraire


Comme romancier, l’auteur des Déracinés et de La Colline inspirée a marqué nombre de ses successeurs, d’André Malraux à Georges Bernanos, d’Henry de Montherlant à Louis Aragon et de François Mauriac à Pierre Drieu La Rochelle. L’âge d’or du roman français, celui de l’entre-deux-guerres, lui doit donc beaucoup.

Il était né à Charmes, petite ville des Vosges, le 17 août 1862. Il fit notamment ses études à La Malgrange, près de Nancy, avant de débuter des études de droit à Paris. Mais, de santé fragile, il se passionne surtout pour la chose littéraire, se réfugiant dans l’esthétisme et rédigeant la revue Les Taches d’encre. La politique le rattrape avec sa participation à l’aventure du général Boulanger en 1889. Il est élu cette année-là député de Nancy. Il lance en 1894 une revue nationaliste et socialisante, La Cocarde

Premier volet de son Roman de l’énergie nationale, Les Déracinés paraissent en 1897. En 1899, Barrès adhère à la Ligue de la Patrie française, devenant l’une des principales voix des antidreyfusards, ce qui lui est beaucoup reproché aujourd’hui. En 1906, il est élu à l’Académie française et la même année député du quartier des Halles, à Paris, mandat qu’il conservera jusqu’à sa mort. En 1913, il publie La Colline inspirée, roman se déroulant sur la colline lorraine de Sion-Vaudémont qui débute par ces mots devenus célèbres : « Il est des lieux où souffle l’esprit. »

Unité nationale


Durant la Première Guerre mondiale, Maurice Barrès se fait, à l’instar de son vieil ami Charles Maurras, dont il ne partage pas l’option monarchiste, le chantre de l’unité nationale face au péril allemand. Comme parlementaire, il défend le patrimoine …

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Diplomatie : le net recul de la France

Encore un recul significatif : la France perd deux places dans le très sérieux classement 2024 des réseaux diplomatiques mondiaux publié par The Lowy Institute. Elle se trouve désormais devancée par la Turquie et le Japon ! Une situation évidemment mal vécue par les diplomates du Quai d’Orsay par ailleurs souvent en butte à l’hostilité de la cellule diplomatique de Élysée.

La recherche française face au défi des coupes de l’État

Dans un décret paru jeudi 22 février au Journal officiel, le gouvernement a acté 10 milliards d’euros de coupes budgétaires. Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur est durement touché. Cette annonce risque de retarder les avancées scientifiques françaises, déjà à la traîne.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL