Politique

Présidence LR : la sobre victoire d'Eric Ciotti

Plus qu’au siège des Républicains, c’est au très proustien « Odette et Charlus » situé dans la même rue de Vaugirard et tenu par un jovial patron breton qu’il fallait être ce dimanche 11 décembre 2022 au soir pour vivre la soirée du second tour de l’élection interne du président du parti Les Républicains. C’est le lieu qu’avait réservé le député Éric Ciotti, plutôt confiant dans sa possible victoire, vue l’avance obtenue au premier tour du scrutin et l’absence de consignes de vote d’Aurélien Pradié. Le scrutin électronique fermait à 18h et le résultat tombait dès 18h20 : Éric Ciotti l’emportait d’une courte tête mais sans contestation possible face au sénateur Bruno Retailleau avec 53,7 % des voix.
Soutenu dans la dernière ligne droite par ses amis François Baroin et Christian Jacob, Éric Ciotti a su mobiliser le réflexe conservateur des adhérents issus comme lui du RPR face à l’ancien lieutenant de Philippe de Villiers, flanqué de figures censées incarner un renouveau intellectuel au sein de la droite modérée : François-Xavier Bellamy et Julien Aubert. L’entourage de Valérie Pécresse, candidate malheureuse à l’élection présidentielle était partagé : si Othman Nasrou, élu de Trappes, était un des élus mis en avant par Bruno Retailleau, Florence Portelli, maire de Taverny soutenait ouvertement Éric Ciotti.


Clap de fin filloniste
Parmi les soutiens du vainqueur on remarquait ce soir là ses amis des Alpes-Maritimes, comme les députés Michèle Tabarot et Éric Pauget, le député du Rhône Alexandre Portier, proche de Laurent Wauquiez, ainsi que Guilhem Carayon, président des Jeunes Républicains. Absent de la soirée, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes fait, pour beaucoup de proches d’Éric Ciotti, figure de candidat LR naturel pour l’élection présidentielle 2022. Mais l’ambiance dimanche soir était beaucoup plus sobre que lors de l’élection de Laurent Wauquiez à la présidence LR dès le premier tour de scrutin en décembre 2017 avec 74 % des voix avec le soutien de Virginie Calmels et face à Maël de Calan et… Florence Portelli.
La défaite de Bruno Retailleau sonne comme le clap final de l’aventure filloniste puisqu’il s’était vu confier au lendemain de la défaite de l’ancien Premier ministre à l’élection présidentielle 2017, les clefs du courant libéral-conservateur initié par l’élu sarthois. Les amis de Nicolas Sarkozy et de Jacques Chirac récupèrent une nouvelle fois les clefs du parti jadis hégémonique à droite. Il resta à savoir ce que veut et ce que peut en faire Éric Ciotti, alors que de nouveaux élus, tel le maire de Metz, François Grosdidier, ou celui de Nice, Christian Estrosi, décident de claquer la porte et pour nombre d’entre eux de rejoindre le réseau d’Édouard Philippe. 

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Attaque de l’Iran contre Israël : le monde retient son souffle…

Pour sa riposte, inévitable après la destruction de son consulat à Damas, l’Iran, pensait-on, utiliserait ses « proxy », le Hezbollah au Liban, les milices chiites en Irak ou les Houthis en Mer Rouge pour se venger d’Israël. Rien de tout cela ne s’est produit.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL