Géopolitique

Pourquoi l’armée française renforce sa présence en Roumanie

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Paris voit dans le renforcement de son implication militaire en Roumanie (mission Aigle), un geste d’amitiés destiné à parachever la relance des relations franco-roumaines. On sait le rôle central que joua la France dans l’histoire roumaine contemporaine : union de la Valachie et de la Moldavie sous la protection diplomatique de l’Empereur Napoléon III, puis victoire commune de 1918, après l’envoi en Roumanie de la Mission militaire Berthelot, débouchant sur la naissance de la Grande Roumanie (annexion de la Transylvanie au détriment de la Hongrie). 

À la chute du Rideau de fer, la France a pu apparaître comme en retrait dans l’Est européen, par rapport à l’Allemagne réunifiée notamment, pressée de jouer les premiers rôles en Europe centrale et orientale. Mais les importantes positions économiques prises ces trois dernières décennies en Roumanie par Renault, la Société Générale ou encore Orange ont convaincu Paris de renouer des liens d’importance avec Bucarest. Les ambassadeurs réciproques des deux pays ont également œuvré à ce rapprochement, qu’il s’agisse de Laurence Auer à Bucarest ou de Luca Nicolescu à Paris, ce dernier venant d’ailleurs d’intégrer le gouvernement roumain comme secrétaire d’État chargé de l’entrée de la Roumanie dans l’OCDE. 

Hostilité vis-à-vis de la Russie 

La Russie est considérée comme la principale menace par la Roumanie, à l’instar de ce qui est ressenti en Pologne. Le souvenir de l’invasion du pays par l’Armée rouge à la fin de la Seconde Guerre mondiale est encore dans beaucoup d’esprits. Mais il existe des clivages politiques qui influent sur cette perception : si la droite libérale (PNL) est très atlantiste, certains éléments du Parti Social Démocrate (PSD), héritier des communistes, ont longtemps affiché leur proximité avec la Russie de Vladimir Poutine. 

Ensuite, le retrait largement entamé des troupes françaises en Afrique, notamment sous la pression de gouvernements soutenus par la Russie, nécessite de retrouver des théâtres …

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Europe : le RN accélère la recomposition des droites européennes au détriment de l’AFD

L’exclusion des Allemands de l’AFD du groupe commun avec le RN et la Lega au Parlement européen peut faciliter la constitution d’un groupe souverainiste unique après les prochaines élections européennes prévues le 9 juin.

Emmanuel Macron peine à rassurer les agriculteurs

De l’avis de beaucoup d’observateurs, Emmanuel Macron a rapidement mis sous le boisseau la crise agricole, étant incapable de la régler. L’Élysée mise sur un succès de la FNSEA lors des prochaines élections aux chambres d’agriculture pour garder le contrôle de ce secteur économique en pleine mutation, quitte à laisser la révolte gronder dans les campagnes françaises.

Cinéma Omar Sy à Trappes : c’est Renoir qu’on assassine

La ville de Trappes (Yvelines) a décidé de rebaptiser le cinéma municipal du nom de l’acteur au prétexte qu’il soit natif de la commune. En faisant cela, le maire socialiste Ali Rabeh, proche de Benoit Hamon, et son conseil municipal remisent au placard Jean Renoir, inoubliable réalisateur de « La Grande Illusion » et de « La Règle du jeu ».

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier