Géopolitique

[Portrait] Viktor Bout : le véritable Yuri de « Lord of War » rendu aux Russes

La lecture des articles est réservée aux abonnés

 L’œil militaire, la moustache stalinienne : à 55 ans, la vie de Viktor Bout semblait presque totalement détruite. Incarcéré depuis onze ans dans une prison de l’Illinois, au cœur des États-Unis, il était censé y rester encore quatorze autres années, jusqu’à l’expurgation totale de sa peine. Il a été libéré, et relâché en Russie. 

Sa vie est pour le moins romanesque. Il a d’ailleurs inspiré à Andrew Niccol le célèbre film Lord of War, blockbuster des années 2000 dans lequel Nicolas Cage interprète le personnage principal. Né au Tadjikistan, il se destinera très tôt aux renseignements, et sera recruté par l’Armée rouge peu avant la chute du mur de Berlin en tant qu’officier-interprète. 

Viktor Bout parle en effet pas moins de dix langues, connaissances utiles pour le futur trafiquant d’armes qu’il deviendra, peu après la chute du Bloc Soviétique en 1991. Après la tombée du rideau de fer, la libéralisation de l’URSS devient totale, et le communisme ne parvient pas à s’y adapter. Résultat : les oligarques s’emparent des conglomérats pétroliers, et Viktor Bout s’empare des armes soviétiques, alors qu’il n’a que vingt-quatre ans. La corruption fait rage, il en profite. 

 
La construction d’un empire 

L’empire de Viktor Bout se constitue en quelques années. Il acquiert très vite une soixantaine d’avions et hélicoptères, de combat comme civils, avec leurs pilotes. Il se constituera ainsi la plus grande flotte aérienne privée au monde afin de transporter ses armes. Plusieurs centaines de personnes auraient travaillé directement pour lui : Viktor Bout, c’est un peu Wagner avant l’heure. 

Il ira jusqu’à détenir des compagnies aériennes et de nombreuses sociétés-écrans pour affréter ses vols. Prestataire pour l’ONU en Somalie, collaborateur lors d’opérations humanitaires ou pacifistes (pour l’armée française) au Rwanda : il était ce diable avec lequel on était forcé de pactiser. Il se définira toujours comme un homme d’affaires, bien que les contrats qu’il signât soient pour le …

Alexandre de Galzain

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

« La question des mineurs victimes d’abus sexuels devrait constituer une priorité de politique publique »

Un entretien d’OMERTA avec Béatrice Brugère, secrétaire générale du Syndicat Unité Magistrats, auteur du livre "Justice : la colère qui monte" (L’Observatoire) et Delphine Blot, magistrate.

Législatives : Ces personnalités de la droite et du centre qui soutiennent l’initiative d’Éric Ciotti

Anciens ministres, parlementaires ou maires, issus de la droite libérale, ils approuvent le choix du Président des Républicains de nouer des accords électoraux avec le Rassemblement national pour gagner les élections législatives. Revue des effectifs.

Enfance en danger : Karl Zéro, Mathieu Bock-Côté et Najat Vallaud-Belkacem au menu d’OMERTA

Le cinquième numéro papier d’OMERTA , d'ores et déjà disponible en kiosque, frappe fort en abordant des thématiques trop souvent taboues, des scandales volontiers mis sous le boisseau, en lien avec l’avenir de nos enfants.

Quand le général de Gaulle refusait de commémorer le 6 Juin 1944

Si depuis trente ans, les commémorations des principaux anniversaires du débarquement anglo-américain sur les côtes normandes sont orchestrées, et parfois instrumentalisées, par les Présidents de la République française, il n’en a pas toujours été le cas.

Europe : à quelques jours des élections, la grogne des agriculteurs ne retombe pas

Dans cette semaine préélectorale, les agriculteurs européens se mobilisent, des Pyrénées à Bruxelles pour défendre leurs intérêts et alerter l’opinion. En France c’est le syndicat Coordination rurale qui demeure le plus mobilisé, la FNSEA restant en retrait.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier