Société

Pierre-Marie Sève : « le bracelet électronique ne dissuade pas »

La lecture des articles est réservée aux abonnés

L'Institut pour la Justice vient de publier un nouveau rapport dans lequel il démontre que seulement 59% des peines de prison sont effectives. Comment cela est-il possible ? 
 
Tout cela est finalement la conséquence – malheureuse, mais prévisible – d’une politique progressivement mise en place à partir des années 1990. Cette politique visait à éviter la prison pour les délinquants, en aménageant les peines dès le procès. 
 
C’est ainsi que le nouveau code pénal de 1994 prévoit cette possibilité. Elle a été considérablement élargie par la garde des Sceaux Rachida Dati, en l’étendant à la majorité des peines de moins de 2 ans de prison ferme. Et elle a subi une évolution avec Nicole Belloubet qui l’a rendue quasiment-obligatoire pour les peines de moins d’un an. 
 
Cette politique anti-prison a donc réussi. 
 
 
Le bracelet électronique est-il un instrument aussi efficace que la prison en matière de répression de la criminalité ? 
 
Assurément non. Le bracelet électronique se porte à la cheville en permanence (en principe). La journée, il ne sert à rien, mais la nuit, il doit être à proximité d’un boitier, souvent chez le délinquant, pour s’assurer qu’il reste chez lui la nuit. 
 
Mais premièrement, la liberté dont le délinquant jouit en journée est totale. Et deuxièmement, même si le délinquant ne se trouve pas à proximité du boitier la nuit, la police a autre chose à faire que d’aller vérifier les milliers de cas chaque soir. Sans compter les risques que le délinquant enlève tout simplement son bracelet électronique. 
 
Donc non, le bracelet n’est pas aussi efficace que la prison parce qu'il n’empêche pas les délinquants d’agir. Rappelons l’assassinat du père Jacques Hamel par exemple, où un des terroristes portait un bracelet électronique. Mais il n’est pas efficace non plus car les délinquants vivent ce bracelet électronique comme une non-sanction. Il ne dissuade pas. 
 
 
Le laxisme judiciaire est le thème principal de l'Institut que vous dirigez. Quelles sont ses motivations ? 

Alexandre de Galzain

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

J-Pascal JORDAN

Il y a 1 ans

Signaler

0

Tout à fait exacte, la délinquance n'est pas prête de diminuer !

À lire

Portugal 1974-2024 : Pour comprendre la Révolution des œillets

Il y a 50 ans jour pour jour, les « capitaines d’avril » renversaient pacifiquement la dictature éculée de Marcelo Caetano sur fond d’une interminable guerre de décolonisation. Au-delà de la question du retour festif de la démocratie dans ce pays, cet évènement doit s’analyser en considérant le sens particulier que revêt l’Histoire dans cette ancienne puissance maritime européenne.

[Analyse] États-Unis : le Congrès va débloquer 61 milliards de dollars pour l’Ukraine

La Chambre des représentants des États-Unis a dégagé une majorité pour voter 61 milliards pour l’Ukraine, 13 milliards pour Israël et 8 milliards pour Taïwan. Zelensky et Netanyahu se félicitent de cette décision qui financera, non sans arrière-pensées, leurs opérations militaires mais également le complexe militaro-industriel américain.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL