Société

Paris : un touriste assassiné par un terroriste islamiste d’origine iranienne

Iman (dit Armand) Rajabpour-Miyandoab, 26 ans, fiché S naturalisé français en 2002 mais d’origine iranienne, est passé à l’acte des deux côtés du pont de Bir-Hakeim à Paris le 2 décembre au soir vers 21h30. Côté XVe arrondissement, il a tué un touriste allemand de 23 ans, infirmier de profession, né aux Philippines, à l’aide d’un couteau. Dans le XVIe arrondissement, le terroriste, suivi par la DGSI, a encore eu le temps de blesser deux personnes sexagénaires à coups de marteau avant d’être maîtrisé par la police après avoir crié « Allah Akbar ». Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, s’est immédiatement rendu sur place avec le préfet de police et les maires des deux arrondissements concernés. Le parquet national antiterroriste s’est saisi de l’enquête. 

Le suspect avait déjà été condamné en 2016 à quatre années de prison pour un projet d’attentat à La Défense. Souffrant apparemment de troubles psychiatriques, il avait été remis en liberté en 2020 et habitait chez ses parents dans l’Essonne. Pour expliquer son geste, il aurait expliqué aux policiers qu’il ne supportait plus que des musulmans meurent à Gaza. Il évoluait visiblement dans des nébuleuses islamistes radicales. Parmi elles, on note Forsane Alizza, un groupuscule dissous en 2012 par Claude Guéant. 

Inquiétude pour les Jeux Olympiques 2024


Les fait s’étant déroulés sur les quais de la Seine, à proximité immédiate de la Tour Eiffel et ayant visé des touristes, l’inquiétude monte parmi les spécialistes français des questions de sécurité à quelques mois des Jeux Olympiques de Paris, à l’instar de Frédéric Péchenard, vice-président de la région Ile-de-France et ancien Directeur général de la Police nationale qui s’est exprimé sur France Info. 

La question se pose également du suivi de profils aussi dangereux que celui de Iman Rajabpour-Miyandoab, à la fois islamiste radical identifié et atteints de troubles psychologiques. Que faisait cet homme en liberté, se demandent une nouvelle fois beaucoup de Français ? Nul doute que cet attentat va de nouveau alimenter le débat politique. 

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

philippe paternot

Il y a 2 mois

Signaler

0

les types arrivent en france sains d'esprit, se font naturaliser, là deviennent mentalement insanes! puis tuent au nom d'allah!, étonnant, non?

Rose-Marie Bielawsky

Il y a 2 mois

Signaler

0

D'après Naïma sur CNEWS l'assassin ne s'exprimait pas en iranien,mais dans un arabe sans accent très pur,d'ou le doute de son origine.

À lire

Emmanuel Macron n’exclut pas d’envoyer des troupes en Ukraine

Deux ans après l’intervention militaire de la Russie en Ukraine, le Président français a réuni une vingtaine de chefs d’États et de gouvernements pour un dîner à l’Élysée. Il n’exclut plus l’envoi de troupes occidentales pour aider l’armée ukrainienne, s’attirant des critiques de Jean-Luc Mélenchon, Olivier Faure et Marine Le Pen.

La recherche française face au défi des coupes de l’État

Dans un décret paru jeudi 22 février au Journal officiel, le gouvernement a acté 10 milliards d’euros de coupes budgétaires. Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur est durement touché. Cette annonce risque de retarder les avancées scientifiques françaises, déjà à la traîne.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL