Culture

Oppenheimer, père de la bombe A et « destructeur des mondes »

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Tout le monde devrait aller voir Hoppenheimer, et ce, pour plusieurs raisons.
Les cinéphiles apprécieront ces trois heures menées à perdre haleine, sans aucune pause. Quelques petits moments de réflexion affleurent lorsque s’incarnent à l’écran les angoisses du savant, d’abord autour des fameux « trous noirs » dans l’espace, qu’Oppenheimer est l’un des premiers à avoir envisagés, ensuite autour des conséquences de sa création, la bombe atomique. Oppenheimer commence en effet à s’intéresser aux étoiles, à la mécanique quantique, au rapport entre la lumière et la gravité avant de jeter son dévolu sur l’atome.
 
Ce film est une course contre la montre. Les Américains font tout pour obtenir la bombe atomique avant les Allemands. C’est ce qui lui donne son rythme. Lorsque Robert Oppenheimer, magnifiquement incarné par l’acteur irlandais Cillian Murphy, rencontre le général Leslie Grove, incarné par Matt Damon, ils vont fonder le centre de recherche nucléaire ultra-secret de Los Alamos, au Nouveau-Mexique. C’est là que le 16 juillet 1945 aura lieu la première explosion nucléaire de l’histoire. Oppenheimer agit par passion, mais surtout par peur de voir l’Allemagne nazie, qui part dans la course avec au moins deux ans d’avance sur les Américains, concevoir la bombe en premier. Lorsqu’il y parvient, il a cette phrase, comme une révélation : « je suis devenu la mort, le destructeur des mondes ». 
 
Hoppenheimer sans regret pour Hiroshima et Nagasaki
 
Il ne regrettera pourtant jamais son invention ni ne condamnera l’usage presque immédiat qu’en a fait le président américain Harry Truman sur Hiroshima et Nagasaki. 220 000 morts dans ces deux villes, dont on commémore aujourd’hui le triste 78e anniversaire. Les États-Unis restent à ce jour le seul pays au monde à avoir fait exploser des bombes atomiques sur des populations civiles. Le film n’est pas encore sorti au Japon, où on s’interroge sur le bien-fondé de le faire visionner à une population encore très marquée par cette horreur.

Régis Le Sommier

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Patrice OEUILLET

Il y a 9 mois

Signaler

0

Pour info le "savant britannique Klaus Fuchs" était allemand, comme son nom le suggère d'ailleurs : il est né le 29 décembre 1911 à Rüsselsheim am Main et mort le 28 janvier 1988 à Berlin-Est ...

Patrice OEUILLET

Il y a 9 mois

Signaler

0

Ils étaient bien plus en retard qu'on ne croit dans ce domaine et, on le sait maintenant, n'avaient aucune chance d'avoir la bombe mais il est clair que s'ils l'avaient eue ... ils s'en seraient servi contre l'URSS où ça se passait très mal et l'Angleterre où se concentraient les Alliés occidentaux. Hitler comptait beaucoup sur ses "wunderwaffen" pour renverser le cours de la guerre et là c'eut été l'arme idéale...e

Monique Saas

Il y a 11 mois

Signaler

0

Qu’aurait fait l’Allemagne nazie si elle avait eu la bombe avant les USA ?

Yann MORELLEC

Il y a 11 mois

Signaler

1

Effectivement , les USA sont le seul pays à avoir eu recours à l 'arme nucléaire contre des populations civiles...c'est impardonnable !!

À lire

L'indestructible Donald Trump

Il est indestructible. Milliardaire, homme politique ou président des États-Unis, il traîne dans son sillage un parfum de souffre et de scandales. Contre vents et marées, il se redresse toujours, jusqu’à échapper à une balle qui lui a emporté le lobe de l’oreille. Sa vie est un film hollywoodien. Les Américains l’adorent, le haïssent, ou adorent le haïr, suffisamment pour le réélire président ?

[Éditorial] La France parlementaire à l’arrêt, Emmanuel Macron seul aux commandes

Faute de majorité parlementaire et prétextant l’ouverture des Jeux Olympiques, le Président de la République a renvoyé la formation d’un nouveau gouvernement à la mi-août. En attendant, Gabriel Attal et son équipe démissionnaire continuent d’expédier les affaires courantes. La situation est inédite mais pas sans solutions.

La gauche radicale poursuit sa guerre contre la filière agroalimentaire française

Le Village de l’eau de Melle (Deux-Sèvres) a été l’occasion d’une action massive des écologistes radicaux à la Rochelle dirigée contre les gros producteurs et collecteurs de céréales utilisant les infrastructures du port de La Pallice. Plusieurs centaines d’activistes ont commis de nombreuses dégradations dans la préfecture de Charente-Maritime ce samedi 20 juillet.

Nice : un incendie criminel tue trois enfants

Dans la nuit du mercredi au jeudi 18 juillet, un incendie s’est déclaré à Nice. Le nombre de victimes s’élève à sept personnes dont trois enfants. La piste criminelle est envisagée.

Enfance en danger : Karl Zéro, Mathieu Bock-Côté et Najat Vallaud-Belkacem au menu d’OMERTA

Le cinquième numéro papier d’OMERTA , d'ores et déjà disponible en kiosque, frappe fort en abordant des thématiques trop souvent taboues, des scandales volontiers mis sous le boisseau, en lien avec l’avenir de nos enfants.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL