Politique

Nucléaire : venue à Paris d’un conseiller d'Orban

Il s’appelle Balázs Orbán, mais n’a pas de lien familial avec son chef, le Premier ministre de la Hongrie, Viktor Orbán. À 37 ans, ce technocrate prometteur est à la fois conseiller politique du Premier ministre et député au Parlement hongrois. « Un des rares qui entre dans le bureau de Viktor Orban sans toquer », confie le journaliste Yann Caspar, franco-hongrois basé à Budapest. Le parlementaire était en déplacement à Paris ce jeudi 25 mai, où il a rencontré plusieurs responsables politiques, notamment Emmanuel Bonne, conseiller diplomatique de l’Élysée. Doit-on y voir la préparation d’une visite d’État ? Pas impossible : Balázs Orbán fait partie de ceux régulièrement envoyés par le gouvernement hongrois pour préparer les visites officielles. C’est une personnalité appréciée dont le rôle est bien souvent d’arrondir les angles auprès des partenaires européens et outre-Atlantique de la Hongrie. Une « éminence grise, qui rédige les discours de Viktor Orban », commente Yann Caspar, selon qui Balázs Orbán serait « pressenti pour le ministère des Affaires étrangères ».
 
L’enjeu, c’est bien évidemment la question nucléaire : les deux tiers de l’approvisionnement en énergie de la Hongrie viennent de la fission de l’atome. Mais la seule centrale du pays, basée à Paks, soit une centaine de kilomètres au sud de Budapest, comporte seulement quatre réacteurs. Elle a été construite par le géant russe Rosatom, ce qui pose d’évidents problèmes de maintenance depuis le début de la guerre en Ukraine. Les Hongrois veulent doubler leurs capacités de productions d’énergie nucléaire. La frange écologiste allemande s’est opposée à toute intervention du constructeur Siemens dans le projet, mais l’exécutif français a récemment donné son feu vert à l’entreprise Framatome pour prendre part à la construction de deux nouveaux réacteurs à la centrale de Paks, en lien avec Rosatom. À cet effet, la France fait valoir que l’industrie nucléaire n’est pas visée par les sanctions internationales contre la Russie.
 
Ménager le partenaire français

La France s’impose en partenaire incontournable pour les Hongrois. Mais il s’agit d’être habile : la posture ouvertement « illibérale » du gouvernement Orban attire régulièrement les foudres de l’Union européenne et des commentateurs politiques français. D’où l’opération de séduction de la part des Hongrois, pour qui le message est clairement de ménager les Français, pour s’assurer leur plein soutien jusqu’à la finalisation du projet. En photo sur son compte Twitter, c’est un Balázs Orbán souriant, assis dans le métro qui se félicitait du rapprochement franco-hongrois : « Journée chargée aujourd'hui, remplie de réunions. Nous travaillons au renforcement de la coopération Hongrie – France. » Son séjour participe cette entente cordiale, comme y contribue, du reste, l'archiduc Georges de Habsbourg-Lorraine, ambassadeur de Hongrie en France depuis mars 2021.
 
En marge de son déplacement, Balázs Orbán a tout de même fait un passage par l’Assemblée nationale, où il a rencontré le président du Rassemblement national, Jordan Bardella. Il a également tenu s’entretenir avec le romancier Michel Houellebecq.

Mayeul Chemilly

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Attaque de l’Iran contre Israël : le monde retient son souffle…

Pour sa riposte, inévitable après la destruction de son consulat à Damas, l’Iran, pensait-on, utiliserait ses « proxy », le Hezbollah au Liban, les milices chiites en Irak ou les Houthis en Mer Rouge pour se venger d’Israël. Rien de tout cela ne s’est produit.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL