Culture

Novembre : ni top ni flop

 
 
Avec 130 morts et 400 blessés, Novembre avait de quoi être un film d’action. Pourtant, aucune image des terribles massacres, des scènes de terreur, non : Novembre est surtout un film policier. 

Un an après l’excellent Bac Nord encensé par la critique comme par les spectateurs, Cédric Jimenez avait monté le niveau d’exigence d’un cran, peut-être trop haut. 

L’enquête policière ne manque pas de rythme. Dans les bureaux de l’anti-terrorisme français, on aperçoit des dizaines de « flics » et leurs officiers se battant à un rythme impressionnant pour enfin attraper les terroristes. Une quantité innombrable de fichiers, plusieurs milliers de témoignages, une arrestation au Maroc : tout cela pour qu’une simple paire de baskets orange fluo les guide jusqu’à Abdelhamid Abaaoud, l’un des terroristes. Filature sur filature, enquête et procédures, tout s’enchaîne et pourtant, le film manque de rythme, de vision d’ensemble. Toutes ces pistes, allant dans plusieurs sens, perdent un peu le spectateur. 

Ce manque de vision, d’ailleurs, mène à une question : à qui la faute ? Sans points saillants, sans dessous croustillants, Novembre prend parfois des allures de documentaire. Pourtant, les acteurs sont là : Jean Dujardin, Anaïs Demoustier et Sandrine Kiberlain parviennent très bien à humaniser ces « flics » et les dialogues ont parfois une force de tension très appréciable. Sombre, des plans très réalistes et intrigants prennent le spectateur sans occulter sans que la qualité de l’image en pâtisse, sauf lors de la scène d’assaut final. Ultra-réaliste, elle est cependant à peine supportable au cinéma : les flashs de lumière combinés aux coups de feu la rendent irregardable et inaudible dans une salle sombre. 

Pourtant, à part cela, Novembre ne commet aucune réelle faute. Malheureusement, il n’a aucune réelle qualité non plus. 
 

Novembre (1h40), de Cédric Jimenez, avec Jean Dujardin, Anaïs Demoustier, Sandrine Kiberlain, en salles le 5 octobre 
https://www.youtube.com/watch?v=J6sEwKbMdHw

Marguerite de Rubempré

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

[Éditorial] Attaque de l’Iran contre Israël : le monde retient son souffle…

Pour sa riposte, inévitable après la destruction de son consulat à Damas, l’Iran, pensait-on, utiliserait ses « proxy », le Hezbollah au Liban, les milices chiites en Irak ou les Houthis en Mer Rouge pour se venger d’Israël. Rien de tout cela ne s’est produit.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL