Géopolitique

Niger : où va le putsch ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Une nouvelle réunion extraordinaire de la CEDEAO (Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest) se tient ce 10 août à Abuja au Nigéria. La première avait eu lieu le 30 juillet, juste après la prise de pouvoir du général Tiani. Elle n’avait pas permis de dégager une action commune en dehors de la condamnation du putsch au Niger, et encore à l’exception des trois États que sont le Mali, le Burkina Faso et la Guinée (eux-mêmes l’objet depuis 2020 de putschs militaires). Le bras de fer entre la junte et la communauté internationale continue. À ce stade, il existe trois scénarios possibles. 
 
Premier cas de figure, les négociations aboutissent et on parvient à un retour au pouvoir du président Bazoum, avec des arrangements concernant l’avenir des putschistes. Cette hypothèse est toujours d’actualité. Elle est soutenue par Paris et la CEDEAO. Cependant, les relations entre Paris et Niamey se sont nettement dégradées ces dernières heures. Les militaires au pouvoir à Niamey ont accusé les Français d’avoir « libéré des djihadistes » et « violé l’espace aérien du Niger ». Paris a démenti.
L’ex-président Bazoum a toujours des partisans au Niger. Il faut rappeler qu’il a été démocratiquement élu. Les putschistes ont cependant surpris par leur capacité de leur côté à mobiliser des foules conséquentes dans la capitale pour manifester, devant l’ambassade de France notamment, mais également dans le stade de Niamey. Autre mauvais présage, une délégation de la CEDEAO n’a pu se rendre à Niamey. Sa mission a été annulée par les militaires pour des raisons de « sécurité » et face à la « colère » des « populations ».
 
Le spectre de l’intervention armée
 
Autre hypothèse : les négociations échouent, la CEDEAO se lance dans une intervention militaire pour remettre Bazoum au pouvoir. D’ores et déjà, l’opération semble difficile. À la différence de Bamako au Mali, le palais présidentiel où se trouvent les putschistes et la résidence où ils maintiennent assigné à résidence Mohamed …

Régis Le Sommier

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

philippe paternot

Il y a 10 mois

Signaler

1

l'armée française doit être rapatriée d'urgence; que les sahéliens se défendent tous seuls, comme des grands, 59 de nos pioupiou morts pour rien, ça suffit

À lire

« La question des mineurs victimes d’abus sexuels devrait constituer une priorité de politique publique »

Un entretien d’OMERTA avec Béatrice Brugère, secrétaire générale du Syndicat Unité Magistrats, auteur du livre "Justice : la colère qui monte" (L’Observatoire) et Delphine Blot, magistrate.

Législatives : Ces personnalités de la droite et du centre qui soutiennent l’initiative d’Éric Ciotti

Anciens ministres, parlementaires ou maires, issus de la droite libérale, ils approuvent le choix du Président des Républicains de nouer des accords électoraux avec le Rassemblement national pour gagner les élections législatives. Revue des effectifs.

Enfance en danger : Karl Zéro, Mathieu Bock-Côté et Najat Vallaud-Belkacem au menu d’OMERTA

Le cinquième numéro papier d’OMERTA , d'ores et déjà disponible en kiosque, frappe fort en abordant des thématiques trop souvent taboues, des scandales volontiers mis sous le boisseau, en lien avec l’avenir de nos enfants.

Quand le général de Gaulle refusait de commémorer le 6 Juin 1944

Si depuis trente ans, les commémorations des principaux anniversaires du débarquement anglo-américain sur les côtes normandes sont orchestrées, et parfois instrumentalisées, par les Présidents de la République française, il n’en a pas toujours été le cas.

Europe : à quelques jours des élections, la grogne des agriculteurs ne retombe pas

Dans cette semaine préélectorale, les agriculteurs européens se mobilisent, des Pyrénées à Bruxelles pour défendre leurs intérêts et alerter l’opinion. En France c’est le syndicat Coordination rurale qui demeure le plus mobilisé, la FNSEA restant en retrait.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier