Politique

Motion de censure : le RN à la manœuvre

La lecture des articles est réservée aux abonnés

 Alors que la course à la meilleure opposition bat son plein depuis le mois de juin, la motion de censure apparaît comme étant sa clef de voûte. Son but ? Pouvoir forcer le Président de la République à présenter un nouveau gouvernement, ou en proposer un soi-même. Si la deuxième option est à écarter (aucun parti d’opposition n’acceptant d’alliance avec l’autre), la première contenterait sans doute difficilement les oppositions. Alors, pourquoi la présenter ? 

La symbolique de la motion de censure est forte. Elle montre sans conteste que la majorité des représentants du peuple, les députés, est opposée à la politique du gouvernement. Son renversement, en plus de bouleverser le plan établi par Emmanuel Macron, l’obligerait sans doute à faire des concessions en instaurant des ministres plus consensuels envers elle. Le problème, c’est que le groupe majoritaire, Ensemble, est pris en tenaille : à sa gauche la Nupes, à sa droite le RN. Le gouvernement du pays deviendrait donc bien plus difficile, et Emmanuel Macron serait peut-être contraint à revenir sur certaines mesures impopulaires comme la réforme des retraites, décriée des deux côtés de l’hémicycle. 

 

Le jeu politicien dans toute sa splendeur 

Le parti qui annonce une motion de censure apparaît donc comme la « véritable opposition ». Dès le 11 juillet, la Nupes en avait déposé une au dévoilement du gouvernement Borne. Elle avait vite été enterrée, n’ayant aucune chance de réussir sans le soutien des autres oppositions. 

Celle du 24 octobre, cependant, est bien plus intéressante. En effet, au terme d’un discours de quatre minutes devant toute l’Assemblée, Marine Le Pen a déclaré être guidée par « l’intérêt national », et qu’elle voterait la motion de censure déposée par la Nupes en plus de la sienne propre. 

Coup de tonnerre dans l’Assemblée, les députés de gauche dénoncent une « manœuvre grossière », mais sont bien dans l’embarras : Marine Le Pen les a pris au piège. 

En effet, la présidente du Rassemblement National …

Alexandre de Galzain

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Attaque de l’Iran contre Israël : le monde retient son souffle…

Pour sa riposte, inévitable après la destruction de son consulat à Damas, l’Iran, pensait-on, utiliserait ses « proxy », le Hezbollah au Liban, les milices chiites en Irak ou les Houthis en Mer Rouge pour se venger d’Israël. Rien de tout cela ne s’est produit.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL