Culture

Mort de l’amiral Philippe de Gaulle aux Invalides

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Il est des destins peu communs. Avoir vingt ans dans les Forces navales françaises libres alors que votre père est devenu le chef militaire et politique de ceux qui ont refusé l’armistice de 1940 avec l’Allemagne et ont continué le combat aux côtés des Anglais, marque assurément une vie. Rattrapé ainsi très jeune par l’Histoire, l’amiral Philippe de Gaulle s’est éteint ce mercredi 13 mars aux Invalides à l’âge de 102 ans.

Participant au ralliement de l’archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon à la France libre, servant dans l’aéronavale puis dans les fusiliers marins, le futur amiral obtient la reddition de la garnison allemande de l’Assemblée nationale lors de la Libération de Paris. Pour autant, son père se refusera à lui accorder le titre de Compagnon de la Libération

Philippe de Gaulle participe comme capitaine de frégate de l’aéronavale à la bataille de Dien-Bien-Phu, dont on commémore les 70 ans cette année. En 1959, en pleine guerre d’Algérie, il devient commandant du porte-avion L’Arromanches. Il terminera sa brillante carrière militaire en décembre 1982 au grade d’amiral et à la fonction d’Inspecteur général de la Marine. 

Sénateur de Paris et Peintre officiel de la Marine


Directeur général des Affaires maritimes jusqu’en 1986, il est alors élu sénateur de Paris, mandat qu’il exercera jusqu’en 2004 au sein du groupe RPR. De 1983 à 2001, il est également adjoint au maire de Paris. On connaît moins son œuvre artistique, puisqu’il fut un peintre, affichiste, décorateur et céramiste prolixe. Il accéda ainsi aux statut de Peintre officiel de la Marine, mais aussi à ceux de Peintre de l’Air et de Peintre de l’Armée de terre. Auteurs de nombreux articles pour la presse française et de plusieurs ouvrages de mémoires, il était grand-croix de la Légion d’honneur et de l’ordre du Mérite national mais aussi titulaire de l’ordre soviétique de la Guerre patriotique. 

De son mariage avec Henriette de Montalembert de Cers, l’amiral Philippe de Gaulle a eu quatre fils : Charles, …

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

[Analyse] États-Unis : le Congrès va débloquer 61 milliards de dollars pour l’Ukraine

La Chambre des représentants des États-Unis a dégagé une majorité pour voter 61 milliards pour l’Ukraine, 13 milliards pour Israël et 8 milliards pour Taïwan. Zelensky et Netanyahu se félicitent de cette décision qui financera, non sans arrière-pensées, leurs opérations militaires mais également le complexe militaro-industriel américain.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL