Culture

Michel Houellebecq, prophète de la révolte paysanne

Aucune surprise à ce que la Coordination rurale, deuxième syndicat agricole de France, mette en exergue sur son compte Twitter le 7 janvier dernier un article signé Rosanne Ariès publié le même jour sur le site internet de l’hebdomadaire La France agricole intitulé « Le Cri de Houellebecq pour les éleveurs ». Lui-même ancien ingénieur agronome, le romancier prend clairement parti dans son nouveau roman, Sérotonine, pour les éleveurs français menacés de disparition par la politique de libre-échange de l’Union européenne et le système de la grande distribution.

 Fondée en 1992, proche de la droite souverainiste et présidée depuis 2010 par Bernard Lannes, la Coordination rurale s’est progressivement affirmée dans les urnes lors des élections aux chambres d’agriculture comme la principale opposition à la toute puissante FNSEA, bien implantée au sein des institutions de Bruxelles. En 2013, elle avait obtenue 20,49 % des suffrages et la présidence de trois chambres d’agricultures : le Calvados, le Lot-et-Garonne et la Charente, cogérant avec la Confédération paysanne (gauche), la chambre départementale du Puy-de-Dôme. Rappelons que les élections 2019 aux chambres d’agricultures se déroulent jusqu’au 31 janvier.

C’est en Normandie que Michel Houellebecq situe la partie rurale de son roman, autour de la ferme d’Aymeric d’Harcourt-Olonde, hobereau désargenté depuis que cet ancien étudiant agronome brillant est devenu éleveur sur les terres familiales situées aux confins de la Manche et du Calvados. Un châtelain qui accueille le narrateur, vieil ami de l’agro passé par la firme Monsanto spécialisée dans manipulations génétiques végétales puis au ministère de l’Agriculture. Au fil des pages, Houellebecq décrypte très bien le danger que courre l’agriculture française : « Le nombre d’agriculteurs a énormément baissé depuis cinquante ans en France, mais il n’a pas encore suffisamment baissé. Il faut encore le diviser par deux ou trois pour arriver aux standards européens, aux standards du Danemark ou de la Hollande. […] Là, il y a un peu plus de soixante mille éleveurs laitiers ; dans quinze ans, à mon avis, il en restera vingt mille. Bref, ce qui se passe en ce moment avec l’agriculture en France, c’est un énorme plan social, le plus gros plan social à l’œuvre à l’heure actuelle, mais c’est un plan social secret, invisible, où les gens disparaissent individuellement, dans leur coin, sans jamais donner matière à un sujet pour BFM ».

A la fin du roman, Aymeric d’Harcourt-Olonde va prendre la tête d’une fronde des éleveurs normands initiée par la Coordination rurale et la Confédération paysanne et bloquant l’autoroute A13 au niveau de Pont-l’Evêque. Ce qui n’est pas sans rappeler les « gilets jaunes » revisités sous forme de chouannerie normande contemporaine. Et c’est ainsi que Michel Houellebecq s’invita malgré lui dans les élections syndicales agricoles !

Michel Houellebecq, Sérotonine, Flammarion, 2019, 347 pages, 22 euros.

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Anne G

Il y a 3 mois

Signaler

0

Toujours pas en ligne. C'est le grand bazar sur le site Omerta pour trouver le sujet recherché et

serge Bénaben

Il y a 3 mois

Signaler

0

exact

Odile Le Borgne

Il y a 3 mois

Signaler

0

L'article n'est pas en ligne pour les abonnés !

À lire

Europe : le RN accélère la recomposition des droites européennes au détriment de l’AFD

L’exclusion des Allemands de l’AFD du groupe commun avec le RN et la Lega au Parlement européen peut faciliter la constitution d’un groupe souverainiste unique après les prochaines élections européennes prévues le 9 juin.

Gaza : Les Occidentaux embarrassés par le réquisitoire de la Cour Pénale Internationale

Les possibles poursuites de la CPI contre Benjamin Netanyahu et Yoav Gallant inquiètent les chancelleries occidentales qui seraient alors obligés de les arrêter en cas de séjour sur leurs territoires, mis à part aux États-Unis qui n’ont pas ratifié le statut de Rome.

Emmanuel Macron peine à rassurer les agriculteurs

De l’avis de beaucoup d’observateurs, Emmanuel Macron a rapidement mis sous le boisseau la crise agricole, étant incapable de la régler. L’Élysée mise sur un succès de la FNSEA lors des prochaines élections aux chambres d’agriculture pour garder le contrôle de ce secteur économique en pleine mutation, quitte à laisser la révolte gronder dans les campagnes françaises.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL