Culture

Michel Houellebecq, prophète de la révolte paysanne

Aucune surprise à ce que la Coordination rurale, deuxième syndicat agricole de France, mette en exergue sur son compte Twitter le 7 janvier dernier un article signé Rosanne Ariès publié le même jour sur le site internet de l’hebdomadaire La France agricole intitulé « Le Cri de Houellebecq pour les éleveurs ». Lui-même ancien ingénieur agronome, le romancier prend clairement parti dans son nouveau roman, Sérotonine, pour les éleveurs français menacés de disparition par la politique de libre-échange de l’Union européenne et le système de la grande distribution.

 Fondée en 1992, proche de la droite souverainiste et présidée depuis 2010 par Bernard Lannes, la Coordination rurale s’est progressivement affirmée dans les urnes lors des élections aux chambres d’agriculture comme la principale opposition à la toute puissante FNSEA, bien implantée au sein des institutions de Bruxelles. En 2013, elle avait obtenue 20,49 % des suffrages et la présidence de trois chambres d’agricultures : le Calvados, le Lot-et-Garonne et la Charente, cogérant avec la Confédération paysanne (gauche), la chambre départementale du Puy-de-Dôme. Rappelons que les élections 2019 aux chambres d’agricultures se déroulent jusqu’au 31 janvier.

C’est en Normandie que Michel Houellebecq situe la partie rurale de son roman, autour de la ferme d’Aymeric d’Harcourt-Olonde, hobereau désargenté depuis que cet ancien étudiant agronome brillant est devenu éleveur sur les terres familiales situées aux confins de la Manche et du Calvados. Un châtelain qui accueille le narrateur, vieil ami de l’agro passé par la firme Monsanto spécialisée dans manipulations génétiques végétales puis au ministère de l’Agriculture. Au fil des pages, Houellebecq décrypte très bien le danger que courre l’agriculture française : « Le nombre d’agriculteurs a énormément baissé depuis cinquante ans en France, mais il n’a pas encore suffisamment baissé. Il faut encore le diviser par deux ou trois pour arriver aux standards européens, aux standards du Danemark ou de la Hollande. […] Là, il y a un peu plus de soixante mille éleveurs laitiers ; dans quinze ans, à mon avis, il en restera vingt mille. Bref, ce qui se passe en ce moment avec l’agriculture en France, c’est un énorme plan social, le plus gros plan social à l’œuvre à l’heure actuelle, mais c’est un plan social secret, invisible, où les gens disparaissent individuellement, dans leur coin, sans jamais donner matière à un sujet pour BFM ».

A la fin du roman, Aymeric d’Harcourt-Olonde va prendre la tête d’une fronde des éleveurs normands initiée par la Coordination rurale et la Confédération paysanne et bloquant l’autoroute A13 au niveau de Pont-l’Evêque. Ce qui n’est pas sans rappeler les « gilets jaunes » revisités sous forme de chouannerie normande contemporaine. Et c’est ainsi que Michel Houellebecq s’invita malgré lui dans les élections syndicales agricoles !

Michel Houellebecq, Sérotonine, Flammarion, 2019, 347 pages, 22 euros.

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Anne G

Il y a 1 mois

Signaler

0

Toujours pas en ligne. C'est le grand bazar sur le site Omerta pour trouver le sujet recherché et

serge Bénaben

Il y a 1 mois

Signaler

0

exact

Odile Le Borgne

Il y a 1 mois

Signaler

0

L'article n'est pas en ligne pour les abonnés !

À lire

Diplomatie : le net recul de la France

Encore un recul significatif : la France perd deux places dans le très sérieux classement 2024 des réseaux diplomatiques mondiaux publié par The Lowy Institute. Elle se trouve désormais devancée par la Turquie et le Japon ! Une situation évidemment mal vécue par les diplomates du Quai d’Orsay par ailleurs souvent en butte à l’hostilité de la cellule diplomatique de Élysée.

La recherche française face au défi des coupes de l’État

Dans un décret paru jeudi 22 février au Journal officiel, le gouvernement a acté 10 milliards d’euros de coupes budgétaires. Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur est durement touché. Cette annonce risque de retarder les avancées scientifiques françaises, déjà à la traîne.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL