Géopolitique

Macron et l’Ukraine : la fuite en avant

Ce mardi 12 mars, un texte gouvernemental sera soumis à un vote consultatif de l’Assemblée nationale et du Sénat. Ce texte signé à l’Élysée par Emmanuel Macron et Volodymyr Zelensky le vendredi 16 février dernier comprend des clauses totalement inacceptables aux yeux de la Russie :  l’affirmation de l’intangibilité des frontières de 1991 (et donc de la souveraineté ukrainienne sur la Crimée et le Donbass), le soutien à une adhésion de l’Ukraine à l’Otan, au nom des intérêts d’une « communauté euro-atlantique » et le soutien à l’adhésion de l’Ukraine à l’Union européenne malgré les grandes craintes formulée à cet endroit par les agriculteurs de la plupart des pays membres de l’Union européenne. 

Au-delà de la légitimation de l’aide apportée par la France et les autres pays occidentaux à l’Ukraine, cet accord est l’une des pièces du puzzle mis en place par Emmanuel Macron pour tenter d’imposer son leadership personnel en Europe. Les observateurs politiques français les plus aguerris penchent en effet sur la volonté du Président de la République de jouer un rôle politique de premier plan au sein d’ l’UE après 2027, ne pouvant se représenter à l’élection présidentielle française de cette année-là. 

Indigence rhétorique de la majorité présidentielle


L’autre agenda d’Emmanuel Macron est celui de la lutte contre la lente et peut-être inexorable progression du Rassemblement national de Marine Le Pen et de Jordan Bardella. Une formation politique qui caracole en tête des intentions de vote pour les élections européennes, avec un potentiel de plus de 30% si l’on en croit la plupart des instituts de sondages. 

Samedi dernier, 9 mars, à Lille, le Rassemblement national a été la principale cible de la première réunion publique de Valérie Hayer, la tête de liste centriste qui n’a pas hésité à faire un raccourcis historique navrant entre les pacifistes munichois de 1938, paralysés par la peur de l’Allemagne, et les souverainistes d’aujourd’hui qui seraient des agents de Moscou. Une rhétorique tellement pauvre que François Bayrou a dû faire remarquer publiquement que ce n’était pas la bonne méthode pour faire campagne. 

Alors que le pape François a exhorté les Ukrainiens à négocier avec la Russie pour épargner de nombreuses vie humaines, Emmanuel macron a choisi de s’arrimer coûte que coûte au navire Zelensky qui risque pourtant de prendre l’eau dans les semaines ou les mois qui viennent si ‘lon en croit de plus en plus d’experts militaires. Un choix qui pourrait s’avérer très risqué pour les intérêts français et la crédibilité de la diplomatie hexagonale. 

Jacques Cognerais

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier