Géopolitique

L'Iran monte en pression face à Israël

Les pays occidentaux sont dans la crainte d’une escalade au Proche-Orient depuis l’attaque israélienne contre le consulat iranien de Damas. La situation s’est particulièrement tendue ces dernières heures, notamment au Liban et dans le Golfe persique. 

Depuis la destruction du consulat d’Iran à Damas, capitale de la Syrie, par une attaque israélienne ayant causé la mort de 16 personnes le 1er avril, la situation s’envenime au Proche et au Moyen-Orient. Téhéran cherche la meilleure riposte contre Tel-Aviv sur fond d’opération anti-Hamas qui se prolonge depuis six mois à Gaza. Les puissances occidentale s’inquiètent d’une possible escalade militaire entre l’Iran et Israël.

Un navire porte-conteneurs battant pavillon portugais, mais appartenant de fait au milliardaire de nationalité israélienne Eyal Ofer, a été arraisonné à l’aide d’un hélicoptère par les Iraniens dans le détroit d’Ormuz qui ferme le Golfe persique. L’armateur italo-suisse du navire a confirmé qu’il avait été conduit dans les eaux territoriales iraniennes avec les 25 membres de son équipage.

Fortes tensions au Liban, insécurité chronique en mer Rouge

L’Iran mobilise ses alliés de la région pour des attaques de basses intensités. Vendredi 12 avril, le Hezbollah libanais a annoncé avoir tiré des dizaines de roquettes sur le nord de l’État d’Israël. Au Liban, la situation intérieure se tend, les chrétiens haussant de plus en plus le ton contre les réfugiés syriens, très nombreux dans le pays. Depuis le Yémen, les Houthis continuent de harceler les navires naviguant en mer Rouge, entraînant un détour de beaucoup d’entre eux par le cap de Bonne-Espérance (Afrique du Sud), compliquant le commerce maritime entre l’Asie et l’Europe. 

Israël considère, à juste titre, Téhéran comme le réacteur principal du rejet de son existence. Les États-Unis, qui partagent l’hostilité israélienne vis-à-vis du régime de Téhéran, ont annoncé envoyer des renforts maritimes dans la région, dont le porte avion USS Dwight Eisenhower. Il est équipé de moyens d’interception mer-air efficaces contre les missiles et les drones. 

Si l’Iran veut assurément se venger de l’affront que lui a causé Israël en Syrie, il reste à savoir s’il a intérêt de transformer les conflits de basse intensité qu’il alimente depuis plusieurs mois (voire de longues années) au Liban et au Yémen en une confrontation ouverte contre l’État juif. De là dépend l’évolution à venir au Proche-Orient ces prochaines heures et ces prochains jours.

Jacques Cognerais

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Europe : le RN accélère la recomposition des droites européennes au détriment de l’AFD

L’exclusion des Allemands de l’AFD du groupe commun avec le RN et la Lega au Parlement européen peut faciliter la constitution d’un groupe souverainiste unique après les prochaines élections européennes prévues le 9 juin.

Emmanuel Macron peine à rassurer les agriculteurs

De l’avis de beaucoup d’observateurs, Emmanuel Macron a rapidement mis sous le boisseau la crise agricole, étant incapable de la régler. L’Élysée mise sur un succès de la FNSEA lors des prochaines élections aux chambres d’agriculture pour garder le contrôle de ce secteur économique en pleine mutation, quitte à laisser la révolte gronder dans les campagnes françaises.

Cinéma Omar Sy à Trappes : c’est Renoir qu’on assassine

La ville de Trappes (Yvelines) a décidé de rebaptiser le cinéma municipal du nom de l’acteur au prétexte qu’il soit natif de la commune. En faisant cela, le maire socialiste Ali Rabeh, proche de Benoit Hamon, et son conseil municipal remisent au placard Jean Renoir, inoubliable réalisateur de « La Grande Illusion » et de « La Règle du jeu ».

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier