Culture

L’immigration intra-européenne, grande absente des débats

Bien que ce soit encore pour beaucoup inavouable, il existe désormais un large consensus sur les problèmes posés par l’immigration extra-européenne. Mais quid de l’immigration intra-européenne ? Car elle existe bien, et fait aussi des ravages. Le roman de l’écrivain hongrois de Transylvanie Zoltán Böszörményi, Le Temps long, est là pour nous en convaincre. 
 

« Que fait l’enfant quand il a peur ? Il ferme les yeux. »

 
Zoltán Böszörményi a choisi cette phrase de Roberto Bolaño pour épigraphe. Elle résume à elle seule la puissance de la trame de son roman. Une jeune fille roumaine, plongée dans le désespoir et la maladie qui la ronge. Une atmosphère sordide, morbide. Sa mère l’a quittée pour travailler à l’Ouest, en Italie. La fillette est restée au pays, des voisins, des amis de la famille, une grand-mère l’élèvent. 
 
L’absence de sa mère la détruit. Anorexique, elle se laisse mourir sur son lit, sans être en mesure de prononcer un mot. L’auteur plonge dans ses pensées et nous les livre. Un exercice difficile, mais nécessaire. 
 

Des familles brisées, des enfants oubliés 

 
Le roman de Zoltán Böszörményi n’est pas seulement un bijou permettant de comprendre l’importance de la présence maternelle pour un enfant, que l’auteur saisit avec beaucoup de finesse et de manière convaincante. Il traite aussi d’un sujet peu connu et pourtant gravissime en Europe : l’émigration de travailleurs est-européens vers l’Europe de l’Ouest, où les salaires sont plus attractifs que dans leurs pays d’origine. 
`
Un phénomène qui laisse place à toute une série de dumping et de casse sociale, que ce soit dans les pays d’origine ou les pays d’accueil, mais qui a aussi des conséquences terribles sur les enfants de ces travailleurs est-européens. En Roumanie, ils sont plus de 100 000 à rester seuls au pays sans un de leurs parents. Plus de 20 000 grandissent eux sans aucun parent. Souvent élevés par un voisin, un ami de la famille, une tante ou une grand-mère, des parents de substitution, ils forment une génération lourdement frappée par ces flux migratoires incessants depuis l’entrée des pays d’Europe centrale et orientale dans la « famille européenne ». 
 

Une Europe qui se déchire

 
En Bulgarie et en Roumanie, les villages habités exclusivement de vieillards et d’enfants sont innombrables. Sur l’autel de la libre circulation des travailleurs, des sociétés entières sont dévisagées, perdent leurs forces vives, alors que l’Europe de l’Ouest puise dans ces contrées orientales de l’Empire bruxellois ses nouveaux « esclaves ». Pour panser les plaies d’économies à l’agonie. 
 
Né en 1951 à Arad au sein de la minorité hongroise de Roumanie, Zoltán Böszörményi a quitté sa terre natale dans les années 1980 pour tenter sa chance à l’Ouest. De retour sur le vieux continent depuis la chute du Mur, il connait les moindres aspects de cette Europe plaisant à se déchirer. Son roman montre admirablement un nouvel aspect de cette fracture Est-Ouest. Il faut le lire de toute urgence, avant tout pour cerner les vrais mécanismes de cette construction européenne qui convainc de moins en moins.

Zoltán Böszörményi, Le Temps long, éd. du Cygne, 114 pages, 13 euros. Traduit du Hongrois par Raoul Weiss.

Yann Caspar

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

philippe paternot

Il y a 5 mois

Signaler

0

pauvre europe, pauvres peuples européens suicidés par leurs zélites mondialistes

À lire

Europe : le RN accélère la recomposition des droites européennes au détriment de l’AFD

L’exclusion des Allemands de l’AFD du groupe commun avec le RN et la Lega au Parlement européen peut faciliter la constitution d’un groupe souverainiste unique après les prochaines élections européennes prévues le 9 juin.

Gaza : Les Occidentaux embarrassés par le réquisitoire de la Cour Pénale Internationale

Les possibles poursuites de la CPI contre Benjamin Netanyahu et Yoav Gallant inquiètent les chancelleries occidentales qui seraient alors obligés de les arrêter en cas de séjour sur leurs territoires, mis à part aux États-Unis qui n’ont pas ratifié le statut de Rome.

Emmanuel Macron peine à rassurer les agriculteurs

De l’avis de beaucoup d’observateurs, Emmanuel Macron a rapidement mis sous le boisseau la crise agricole, étant incapable de la régler. L’Élysée mise sur un succès de la FNSEA lors des prochaines élections aux chambres d’agriculture pour garder le contrôle de ce secteur économique en pleine mutation, quitte à laisser la révolte gronder dans les campagnes françaises.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL