Géopolitique

L’espace Schengen s’agrandit

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Créé le 26 mars 1995 par la France, l’Allemagne et les trois États du Bénélux, l’espace Schengen, qui tire son nom d’accords internationaux signés dans un village du Luxembourg, comptait jusqu’ici 26 pays membres. Il permet, sauf exceptions temporaires ou locales, de circuler en son sein sans faire l’objet d’un contrôle systématique aux frontières intérieures. Trois États de l’Union européenne étaient candidats à leur intégration : la Bulgarie, la Croatie et la Roumanie. Mais un droit de veto est accordé à chacun des pays membres quant à l’ouverture de l’espace Schengen à de nouvelles adhésions. C’est ainsi que l’Autriche s’est opposée le jeudi 8 décembre, lors d’une réunion des ministres de l’Intérieur de l’UE à Bruxelles, à l’entrée de la Bulgarie et de la Roumanie. Les Pays-Bas ont pour leur part fait obstacle à l’intégration de la seule Bulgarie.  
La Croatie, petit pays de 3,9 millions d’habitants, rejoindra donc seule l’espace Schengen (fort de 400 millions d’habitants) au 1er janvier 2023, tout comme elle rejoindra à cette date la zone euro. Le veto de l’Autriche à l’adhésion de la Bulgarie et de la Roumanie provient avant tout de la forte hausse de demande d’asile auquel ce pays doit faire face ces derniers mois.  

Idéologie « sans-frontiériste »  
La présidente maltaise du Parlement européen, Roberta Metsola s’est dit « très déçue » que la porte soit fermée par Vienne au nez de Bucarest et Sofia. En attendant un repêchage des deux recalés à court ou moyen terme, l’entrée de la Croatie dans l’espace Schengen le mois prochain va supprimer les longues files de voitures à ses frontières avec la Hongrie et la Slovénie. Elles subsisteront entre la Hongrie et la Roumanie d’une part, et entre la Grèce et la Bulgarie d’autre part. 
Rappelons qu’au-delà du côté « pratique » de la suspension des contrôles aux frontières, l’effacement de celles-ci fait partie intégrante de l’imaginaire fédéraliste « sans-frontiériste » toujours dominant au sein des institutions de …

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Philippe Châtenet

Il y a 1 ans

Signaler

0

Bonjour. Petite coquille, me semble-t-il : j'imagine qu'il s'agit du 1er janvier 2023 et non pas 2022 pour ce qui est de l'adhésion de la Croatie. Bien Cdlt. Philippe.

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier