Politique

Les ultimes convulsions du Parti Socialiste

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Dimanche 22 janvier, le Parti Socialiste proclamait officiellement la victoire d’Olivier Faure, avec 51,09% des suffrages exprimés. Une courte victoire a priori, mais rien de grave après tout. 

Evidemment, tout ne pouvait pas se passer comme prévu. Dès les premières proclamations des résultats, des voix ont commencé à s’élever contre des « irrégularités » commises lors du scrutin. Immédiatement, son principal adversaire Nicolas Mayer-Rossignol s’est mis à revendiquer la victoire, le vendredi 20 janvier, à 1h30 du matin. Or, quelques minutes plus tard, il est suivi par Olivier Faure, qui clame également avoir emporté la majorité des voix ! 

Alors, une commission spéciale a été déclenchée afin de désigner le vainqueur, la victoire ne se jouant en effet qu’à quelques centaines de voix. Entretemps, une vidéo visionnée des centaines de milliers de fois a circulé, montrant la porte fermée à clef de la salle de décompte : effectivement, des militants s’y étaient enfermés pour compter les voix comme bon leur semblait. De même, la ville de Liévin dans le Pas-de-Calais a vu sa salle de scrutin vidée par les policiers municipaux, tandis qu’à Elbeuf, une agression physique devant un bureau de vote a été signalée. 

Le samedi ne sera pas le jour du repos. Dans les colonnes du JDD, Olivier Faure affirme être gagnant, ce que Nicolas Mayer-Rossignol ne manque pas de qualifier de « passage en force ». 

Le dimanche 22 janvier, tout s’accélère : le Parti Socialiste publie un communiqué confirmant la victoire d’Olivier Faure. La réponse de David Assouline, cadre du parti, ne se fait pas attendre : seules 44% des fédérations auraient été comptabilisées et validées par la commission spéciale, ce qui aurait donné en tout une victoire de Nicolas Mayer-Rossignol à 51,64%. 

Ce dernier revendique alors le « respect de la démocratie », et la tenue d’élections en bonne et due forme, dénonçant en même temps les « pratiques frauduleuses » qui ont eu lieu au cours de cette élection. Et pourtant, lundi …

Alexandre de Galzain

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Attaque de l’Iran contre Israël : le monde retient son souffle…

Pour sa riposte, inévitable après la destruction de son consulat à Damas, l’Iran, pensait-on, utiliserait ses « proxy », le Hezbollah au Liban, les milices chiites en Irak ou les Houthis en Mer Rouge pour se venger d’Israël. Rien de tout cela ne s’est produit.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL