Société

Les remparts face aux barbares

La lecture des articles est réservée aux abonnés

 
Un récit dramatique 
 
Après sa journée de travail, le commandant de police Salvaing rentre dans son pavillon de Magnanville. A quelques mètres, un homme est dissimulé derrière le portail de l’allée. Brisant la sérénité ambiante, il flanque le gardien de la paix de dizaines de coups de couteau, avant de se retrancher dans la maison où il égorgera Jessica Schneider, policière elle aussi et mère de famille. 
 
Le RAID est immédiatement prévu par le voisinage qui a assisté, horrifié, à la scène. Dans les heures qui suivent, il sera abattu laissant comme seul tribut un enfant de trois ans, estomaqué et raidit par la peur. Cet attentat a alors marqué un point de bascule dans le degré de vulnérabilité des forces de l’ordre. 
 
Une période charnière 
 
L’année 2015 a eu à connaître l’attaque symbolique de la rédaction de Charlie Hebdo du 7 janvier.  Elle verra le gardien titulaire Ahmed Merabet et l’adjointe de sécurité Clarissa Jean-Philippe être assassinés respectivement par les frères Kouachi et Amedy Coulibaly. Abattus quelques jours plus tard dans une imprimerie de Dammartin-en-Goële, ils laissent derrière eux des familles endeuillées et un pays en proie aux fractures. 
 
Un mois avant les faits, un jeune converti du nom de Bertrand Nzohabonayo blesse grièvement trois policiers dans le commissariat de Joué-lès-Tours. Il avait revendiqué son appartenance au groupe État Islamique quelques jours avant son passage à l’acte. Cette année sera tristement clôturée par Moussa Coulibaly, responsable de l’attaque d’une synagogue à Nice. Trois militaires avaient courageusement maîtriser l’assaillant. 
 
2017, le pic de l’exponentiel 
 
Cette année fut la plus révélatrice de la charge morale et du risque physique permanent que subissent les forces de l’ordre en France. Le 3 février, sur la place du Carrousel du Louvre, deux militaires sont attaqués par un forcené. Un mois plus tard, les mêmes militaires de l’opération Sentinelle se verront confisquer leur arme par un homme qui déclarait …

Paul Beffroy

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Marie Fonteneau

Il y a 1 ans

Signaler

0

Enfin les points sur les i !!!!!! Merci, merci, merci !!!!!!

À lire

Emmanuel Macron peine à rassurer les agriculteurs

De l’avis de beaucoup d’observateurs, Emmanuel Macron a rapidement mis sous le boisseau la crise agricole, étant incapable de la régler. L’Élysée mise sur un succès de la FNSEA lors des prochaines élections aux chambres d’agriculture pour garder le contrôle de ce secteur économique en pleine mutation, quitte à laisser la révolte gronder dans les campagnes françaises.

Raphaël Glucksmann, néoconservateur de choc

Alors que sa liste est annoncée à 14,5 % pour les élections européennes, Raphaël Glucksmann est l’homme en forme actuel de la gauche. Mais qui se cache vraiment derrière l’homme tête de liste de l’alliance Parti Socialiste-Place Publique ?

Cinéma Omar Sy à Trappes : c’est Renoir qu’on assassine

La ville de Trappes (Yvelines) a décidé de rebaptiser le cinéma municipal du nom de l’acteur au prétexte qu’il soit natif de la commune. En faisant cela, le maire socialiste Ali Rabeh, proche de Benoit Hamon, et son conseil municipal remisent au placard Jean Renoir, inoubliable réalisateur de « La Grande Illusion » et de « La Règle du jeu ».

[Analyse] États-Unis : le Congrès va débloquer 61 milliards de dollars pour l’Ukraine

La Chambre des représentants des États-Unis a dégagé une majorité pour voter 61 milliards pour l’Ukraine, 13 milliards pour Israël et 8 milliards pour Taïwan. Zelensky et Netanyahu se félicitent de cette décision qui financera, non sans arrière-pensées, leurs opérations militaires mais également le complexe militaro-industriel américain.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL