Politique

Les LR sont-ils la « béquille » du gouvernement, comme l’avance Marine Le Pen ?

Alors que l’exécutif s’apprête force le passage à coup de 49-3 pour faire adopter le texte du budget, les oppositions rationalisent leur point de vue pour le rendre plus efficace. Le groupe des députés du Rassemblement National a ainsi décidé ce jeudi 3 novembre de ne pas déposer de nouvelle motion de censure, mais de voter celle de La France Insoumise. La présidente du groupe, Marine Le Pen, s’est fendue d’un tacle à ses collègues des Républicains sur le plateau de France 2. « Je constate que, dans l'état d'esprit des LR, ils entendent soutenir le gouvernement. Il n'y a donc pas de chance qu'une nouvelle motion soit votée », a-t-elle regretté. Et d’appeler de ses vœux un changement si un nouveau président est élu à leur tête. Peut-être que « cet état d'esprit changera », questionne-t-elle, avant d’affirmer qu’ « aujourd’hui, ils sont la béquille du gouvernement ». 
 
Les LR sont-ils fongibles dans LREM ? 
 
Résisteront-ils aux sirènes de la macronie ? Depuis le soutien renouvelé de Nicolas Sarkozy à Emmanuel Macron fin octobre, Les Républicains ne savent plus sur quel pied danser. Du côté de LREM, une enquête Odoxa-Backbone Consulting pour Le Figaro révèle que 80 % des sympathisants Renaissance se montrent favorables à l’accueil des LR dans la majorité présidentielle. Le score est plus mitigé, mais reste significatif chez les sympathisants LR, dont 58 % accepteraient que leur parti passe un accord avec le gouvernement.  Pour l’heure, les 62 députés jouent la carte de l'opposition « constructive », ce qui leur vaut d’être considérés par Marine Le Pen comme les « béquilles » du gouvernement. 
 
La prochaine élection à la tête du parti LR est prévu pour décembre. Sauront-ils dégager une ligne politique claire qui se détache de La République En Marche ? Les trois candidats déclarés sont pour l’instant Éric Ciotti, Bruno Retailleau et Aurélien Pradié. Le premier adopte une ligne très droitière régalienne, fondée sur les thèmes de la sécurité, de l’immigration, et de la justice. Le second s’affiche comme catholique et ajoute aux sujets régaliens un héritage filloniste et conservateur. Aurélien Pradié de son côté, revendique une ligne sociale au sien de laquelle on retrouve questions sociétales comme l’écologie ou les violences faites aux femmes, ainsi que celle du pouvoir d’achat. 
 
Le défi des Républicains : dégager une ligne politique claire 
 
Depuis l’arrivée au pouvoir de la nouvelle législature, la ligne politique des Républicains s’est révélée ambiguë : on se souvient avec quel entrain les ténors du parti s’étaient réjouis de devenir une force pivot à l’Assemblée nationale. « Les LR ont obtenu de très bons résultats ce second tour », s’était alors félicité le patron du parti Christian Jacob. De « très bons résultats » qui profitent pour l’heure à la majorité – relative – de Renaissance, qui n’hésitent pas depuis juin à se tourner vers leur droite dès qu’ils ont besoin de soutien à L’Assemblée. Les Républicains ont perdu leur statut de premier groupe d'opposition, avec seulement 61 députés, contre 100 à la fin de la précédente législature. 

Mayeul Barbs

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

EMMANUEL GAUQUELIN

Il y a 1 ans

Signaler

0

Mais noon voyoooons...cela se saurait....( sic)

À lire

L’entretien de Milorad Dodik donné à OMERTA largement commenté en ex-Yougoslavie

Le 10 mai dernier, lors de sa visite à Paris le président de la République Serbe de Bosnie, Milorad Dodik, donnait un long entretien au directeur de la rédaction d’OMERTA, Régis Le Sommier. Cette interview a déclenché de nombreuses réactions dans la presse bosniaque et serbe.

Emmanuel Macron peine à rassurer les agriculteurs

De l’avis de beaucoup d’observateurs, Emmanuel Macron a rapidement mis sous le boisseau la crise agricole, étant incapable de la régler. L’Élysée mise sur un succès de la FNSEA lors des prochaines élections aux chambres d’agriculture pour garder le contrôle de ce secteur économique en pleine mutation, quitte à laisser la révolte gronder dans les campagnes françaises.

Cinéma Omar Sy à Trappes : c’est Renoir qu’on assassine

La ville de Trappes (Yvelines) a décidé de rebaptiser le cinéma municipal du nom de l’acteur au prétexte qu’il soit natif de la commune. En faisant cela, le maire socialiste Ali Rabeh, proche de Benoit Hamon, et son conseil municipal remisent au placard Jean Renoir, inoubliable réalisateur de « La Grande Illusion » et de « La Règle du jeu ».

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL