Politique

Les funérailles très politiques de l’historien Patrick Buisson

La lecture des articles est réservée aux abonnés

L’historien Patrick Buisson mort à l’âge de 74 ans, le 24 décembre aux Sables-d’Olonne, le port de Vendée où il avait pris sa retraite, était devenu ces dernières années l’un des intellectuels organiques de la droite conservatrice. Ses obsèques se sont déroulées le 3 janvier en l’église Saint-Ferdinand des Ternes à Paris, où il avait été baptisé enfant. Sur son cercueil avait été placé à sa demande sa cravate de commandeur de l’ordre pontifical de Saint-Grégoire-le-Grand qui lui avait été décernée par le Vatican, mais pas sa croix de chevalier de la Légion d’honneur. Tout un symbole pour l’ancien conseiller politique de Nicolas Sarkozy. Il se voulait en effet et avant tout un héritier spirituel de la France catholique et royale. Autre symbole de son parcours complexe, deux gerbes de fleurs disposées de chaque côté de l’autel arboraient des rubans d’hommages : l’une offerte par le député Éric Ciotti, président des Républicains, l’autre par l’Action française, mouvement monarchiste au sein duquel avait milité le père de Patrick Buisson.

Députés et journalistes


Au premier rang des politiques figuraient Marine Le Pen et Jordan Bardella d’un côté Éric Zemmour de l’autre. Certains participants s’étonnaient de l’absence de Philippe de Villiers et de Marion Maréchal, comme de tout parlementaire issus des rangs des Républicains. Non loin de là, parmi les proches du défunt, outre ses anciens camarades de la Fédération Nationale des Étudiants de France (FNEF), on remarquait le président de l’association SOS Chrétiens d’Orient, Charles de Meyer, l’essayiste François Bousquet, l’universitaire Frédéric Rouvillois, président de l’Institut du Pont Neuf ou encore Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Jérôme Lejeune, qui aide les familles d’enfants trisomiques, cause chère à Patrick Buisson. Au micro avant, la messe traditionnelle célébrée avec solennité par les pères de la Fraternité Saint-Vincent-Ferrier, des hommages furent prononcés par le journaliste Vincent Hervouët et …

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Yann MORELLEC

Il y a 1 mois

Signaler

0

Personnage au passé trouble sur lequel je reste donc ...réservé !!....

philippe paternot

Il y a 1 mois

Signaler

0

un type trop intelligent pour les politicards actuels qui se croient à la hauteur

À lire

Diplomatie : le net recul de la France

Encore un recul significatif : la France perd deux places dans le très sérieux classement 2024 des réseaux diplomatiques mondiaux publié par The Lowy Institute. Elle se trouve désormais devancée par la Turquie et le Japon ! Une situation évidemment mal vécue par les diplomates du Quai d’Orsay par ailleurs souvent en butte à l’hostilité de la cellule diplomatique de Élysée.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL