Société

Les Français déposent les armes : effets et ressorts d’une campagne inédite

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Jean-Simon Mérandat, chef du SCAE (Service Central des Armes et Explosifs) invoque la nécessaire lutte contre la profusion d’armes illégales qui circuleraient en France. Dans un entretien accordé à Sud Radio, il soulignera le fait que « 80% de ces armes sont acquises par voie d’héritage ». Selon lui, il y aurait entre cinq et six millions d’armes détenues de manière irrégulières. Détruites ou conservées, le destin de ces armes n’incombera désormais plus à leurs propriétaires. En complément, M. Mérandat précise que des exceptions seront faites pour certaines armes qui « ont une valeur historique ou patrimoniale particulière ». 

Des armes atypiques à vocation patrimoniale 
Carabines destinées à la chasse, fusils témoins des Guerres Mondiales, héritage d’un arsenal familial : les raisons qui ont amené des milliers de Français à se rendre sur le parvis des préfectures et des commissariats sont diverses. Parmi ces armes, on retrouve des pistolets Luger-Mauser dont le prix d’achat varie entre 1500 à 1800 euros selon les armuriers. Le fusil Springfield, emblématique de la Seconde Guerre Mondiale, coûte quant à lui près de 2100 euros tant sa rareté est manifeste sur le marché des armes. Gracieusement cédées à l’État, elles orneront désormais les musées. Plus inattendu, en Vendée, des sabres et des pistolets remontant au début du XIXème siècle ont été déposés par des habitants de La Roche-sur-Yon.  
Il sera toutefois possible de conserver son arme, à condition de l’enregistrer dans un système informatique dédié. Selon une note du ministère de l’Intérieur, le nouveau Système d’Information sur les Armes (SIA), déployé depuis le 8 février 2022, pourrait « devenir la référence européenne en matière d'encadrement et de contrôle de la détention d'armes à feu ». En remplaçant l’ancien système par celui-ci, numérisé, il garantira « un continuum numérique entre les armuriers, les détenteurs et l'administration ». Les chasseurs sont tenus d’y déclarer leur armement depuis février. Le …

Paul Beffroy

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

sebastien mathieu

Il y a 1 ans

Signaler

1

Ce sont les occupants allemands qui, la dernière fois, en 1940, ont demandé aux citoyens - et pas aux "exités de la gachettes" - de déposer les armes. On sait pourquoi.

Patrick Jobart

Il y a 1 ans

Signaler

0

Ce retrait des armes sera t'il accompagné d'une meilleure protection des citoyens de la part de l'État ? Il est permis d'en douter.

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

[Éditorial] Attaque de l’Iran contre Israël : le monde retient son souffle…

Pour sa riposte, inévitable après la destruction de son consulat à Damas, l’Iran, pensait-on, utiliserait ses « proxy », le Hezbollah au Liban, les milices chiites en Irak ou les Houthis en Mer Rouge pour se venger d’Israël. Rien de tout cela ne s’est produit.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL