Géopolitique

Les États-Unis tentent de freiner les ambitions technologiques de la Chine en prononçant des sanctions sur les semi-conducteurs

Jusque-là, les États-Unis n’avaient établi de sanctions que contre des entreprises chinoises ciblées, en se fondant sur différents motifs, comme la violation des lois américaines, avec le cas Huawei, celle des droits humains ou la collaboration avec le complexe militaro-industriel chinois. Les nouvelles sanctions prévoient l’encadrement de « l’exportation de certains produits et logiciels américains à toute entité chinoise » d’après Le Monde. Les entreprises chinoises souhaitant en bénéficier devront obtenir une licence. 

Selon le communiqué du département du commerce américain, ces mesures permettront de limiter la capacité pour la Chine à acheter et à fabriquer certaines puces haut-de-gamme utilisées dans des applications militaires. La secrétaire adjointe au commerce a déclaré dans ce sens : « Nos actions protègeront la sécurité nationale et les intérêts de la politique étrangère des USA, tout en envoyant un message clair selon lequel le leadership technologique américain est une question de valeurs et d’innovation ». 
 
Les sanctions prononcées par les Américains interdisent également à toute personne américaine de participer au « développement, à la production ou à l’utilisation de circuits intégrés dans une usine chinoise de puces électroniques » d’après Le Monde. Cette mesure touche non seulement les citoyens américains, mais encore les résidents aux États-Unis ainsi que les détenteurs d’une carte de résident permanent. Selon le site Tribune.fr, cette contrainte devrait amener « 43 cadres supérieurs de nationalité américaine employés par 16 sociétés chinoises de semi-conducteurs cotées à la Bourse Shanghai » à « choisir entre garder leur emploi ou perdre leur nationalité américaine ». Ces mesures visent à limiter le transfert de savoirs, assuré par de nombreux Américains, surnommés « tortues de mer ». Souvent Chinois d’origine et venus s’installer en Chine pour travailler dans le secteur technologique après avoir reçu une formation dans la Silicon Valley, ils sont ciblés par les sanctions. 

Dans ce bras de fer entre les États-Unis et la Chine, Taïwan se range derrière Washington. La ministre taïwanaise de l’Économie, en déplacement à Washington la semaine dernière, a déclaré lors d’une conférence de presse que les entreprises taïwanaises respecteraient les contrôles américains à l’exportation. La bourse de TSMC, le leader taïwanais des semi-conducteurs, a néanmoins chuté de 8% depuis l’annonce des sanctions par les Américains. 

La rédaction d'OMERTA

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Élections européennes : La fiche d’identité du Parti fédéraliste européen

Pour qui allez-vous voter aux élections européennes ? Si vous êtes encore indécis, et même si vous avez fait votre choix, Omerta vous propose une fiche d’identité de toutes les têtes de listes avec leurs principales propositions. Yves Gernigon représente la liste Parti fédéraliste européen. Son programme s’axe principalement sur la création d’une fédération européenne.

Emmanuel Macron peine à rassurer les agriculteurs

De l’avis de beaucoup d’observateurs, Emmanuel Macron a rapidement mis sous le boisseau la crise agricole, étant incapable de la régler. L’Élysée mise sur un succès de la FNSEA lors des prochaines élections aux chambres d’agriculture pour garder le contrôle de ce secteur économique en pleine mutation, quitte à laisser la révolte gronder dans les campagnes françaises.

Cinéma Omar Sy à Trappes : c’est Renoir qu’on assassine

La ville de Trappes (Yvelines) a décidé de rebaptiser le cinéma municipal du nom de l’acteur au prétexte qu’il soit natif de la commune. En faisant cela, le maire socialiste Ali Rabeh, proche de Benoit Hamon, et son conseil municipal remisent au placard Jean Renoir, inoubliable réalisateur de « La Grande Illusion » et de « La Règle du jeu ».

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier