Société

Les derniers jours de Samuel Paty, enquête sur une tragédie qui aurait dû être évitée

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Le terreau islamiste

Selon un élu local, Abdoullakh Anzorov était l’un de ces jeunes « sans souci, qui ne présentait pas de signe de radicalisation ». Pourtant, à en croire les rapports de l’enquête, de nombreux signalements avaient déjà été effectués à l’encontre du compte Twitter du futur djihadiste en raison de la violence de ses contenus et de la promotion d’un islam ultra rigoriste. Comme beaucoup de contenus incitant à la haine et la violence, son dossier avait été remonté jusqu’à l’Unité de coordination de la lutte anti-terroriste. Comme le souligne l’auteur, sans que « rien ne se passe ». Malgré un casier judiciaire vierge, le terroriste n’était pas non plus inconnu des services de police au moment de son passage à l’acte. Violence en réunion, dégradation de biens publics, Abdoullakh Anzorov s’était vu exclure de son lycée pour avoir participé devant l’établissement à une bagarre, armé de barres de fer. Là encore, ce n’était pas une première. Déscolarisé et désœuvré, l’attrait toujours grandissant du jeune Tchétchène pour une vision radicale de la religion aurait dû capter l’attention. Comme d’innombrables jeunes comme lui, il n’en a rien été.

Du côté des « lanceurs d’alerte », le parent d’élève et le soi-disant « représentant des imams de France », impliqués dans les accusations mensongères et la désignation du professeur et du collège, leur proximité avec des associations militantes pour un islam politique aurait également dû faire mouche. L’agitation qu’ont suscité les vidéos dénonciatrices a été sous-estimée malgré leur parution sur les réseaux sociaux et des sites de propagande islamiste. « Il n’y a pas d’inquiétude à avoir », disait-on, et pourtant ces vidéos accumulaient déjà des centaines de milliers de vues, dans lesquelles circulaient les noms de Samuel Paty et du collège du Bois d’Aulne.

Lâcheté et désolidarisation

Si les collègues de Samuel Paty n’ont pas participé à la mise en cause du professeur d’Histoire-géographie, le manque de solidarité et …

Pierre-René Lavier

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Marie-France FAURE

Il y a 1 ans

Signaler

0

Comment accepter la "lâcheté du corps enseignant" ? Comment les collègues de Samuel Paty ont-ils pu ne pas le soutenir ?

À lire

Législatives : Ces personnalités de la droite et du centre qui soutiennent l’initiative d’Éric Ciotti

Anciens ministres, parlementaires ou maires, issus de la droite libérale, ils approuvent le choix du Président des Républicains de nouer des accords électoraux avec le Rassemblement national pour gagner les élections législatives. Revue des effectifs.

Enfance en danger : Karl Zéro, Mathieu Bock-Côté et Najat Vallaud-Belkacem au menu d’OMERTA

Le cinquième numéro papier d’OMERTA , d'ores et déjà disponible en kiosque, frappe fort en abordant des thématiques trop souvent taboues, des scandales volontiers mis sous le boisseau, en lien avec l’avenir de nos enfants.

Emmanuel Macron a déroulé le tapis rouge à Volodymyr Zelensky

Accueil en Normandie, honneurs militaires aux Invalides, discours à l’Assemblée nationale… Rien n’était trop bon trop beau pour encenser le controversé président ukrainien qui souhaite voir les occidentaux augmenter fortement leur soutien à sa croisade défensive contre les Russes.

Quand le général de Gaulle refusait de commémorer le 6 Juin 1944

Si depuis trente ans, les commémorations des principaux anniversaires du débarquement anglo-américain sur les côtes normandes sont orchestrées, et parfois instrumentalisées, par les Présidents de la République française, il n’en a pas toujours été le cas.

Europe : à quelques jours des élections, la grogne des agriculteurs ne retombe pas

Dans cette semaine préélectorale, les agriculteurs européens se mobilisent, des Pyrénées à Bruxelles pour défendre leurs intérêts et alerter l’opinion. En France c’est le syndicat Coordination rurale qui demeure le plus mobilisé, la FNSEA restant en retrait.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL