Géopolitique

« Les Birmans se battent pour la démocratie ! »

La lecture des articles est réservée aux abonnés

 
Omerta : Cela fait désormais 20 mois que le coup d’Etat a été réalisé par le général Min Aung Hlaing. Comment se porte Aung San Suu Kyi, l’ancienne présidente et héroïne nationale ? 

Jean-François Dubrion : Aung San Suu Kyi vit aujourd’hui dans une prison à Naypyidaw, la capitale du pays. Sa santé est correcte. Cependant, ce sujet commence à manquer d’intérêt : tous les deux ou trois mois, on apprend qu’elle est condamnée à trois ans, quatre ans, cinq ans, ou sept ans de prison. Au total, elle aura probablement cinquante ou cent ans d’incarcération. L’objectif est de l’empêcher de revenir un jour dans la vie politique. Les procès se tiennent en huis-clos et ses avocats n’ont pas le droit de parler à la presse. 

Le pays a appris à vivre sans elle. Elle reste un symbole birman, mais n’a plus grand-chose à voir avec la lutte armée qui a remplacé les trois premiers mois de manifestations pacifiques. Il ne faudrait cependant pas qu’elle meure en prison : cela mettrait sans aucun doute le feu aux poudres. 

La plupart des combattants sont des minorités ethniques comme les Kachins ou les Karens, qui n’étaient pas très favorables à Aung San Suu Kyi, et encore moins de son père qui voulait faire partir les Anglais, alliés aux minorités. 


Militairement, quelle est la situation ? 

Certaines minorités ethniques sont déjà en guerre civile depuis cinquante ans. Elles vivent aux frontières grâce à des richesses naturelles comme le pavot. La Chine n’est pas loin, et joue sur les deux tableaux en fournissant des armes aux minorités tout en soutenant le Tat Madaw [NdlR : la junte militaire au pouvoir depuis le coup d’État de janvier 2021]. 

La grande nouveauté, c’est que les Chins, un ancien peuple de guerriers vivant à la frontière indienne, s’était toujours tenu tranquille. Or, ils furent parmi les premiers à se rebeller suite au coup d’Etat. L’armée a tenté de mater la révolte. Face à eux, les Chins n’avaient guère que des armes rudimentaires comme des fusils à plomb. Ce qui est …

Alexandre de Galzain

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Europe : le RN accélère la recomposition des droites européennes au détriment de l’AFD

L’exclusion des Allemands de l’AFD du groupe commun avec le RN et la Lega au Parlement européen peut faciliter la constitution d’un groupe souverainiste unique après les prochaines élections européennes prévues le 9 juin.

Emmanuel Macron peine à rassurer les agriculteurs

De l’avis de beaucoup d’observateurs, Emmanuel Macron a rapidement mis sous le boisseau la crise agricole, étant incapable de la régler. L’Élysée mise sur un succès de la FNSEA lors des prochaines élections aux chambres d’agriculture pour garder le contrôle de ce secteur économique en pleine mutation, quitte à laisser la révolte gronder dans les campagnes françaises.

Cinéma Omar Sy à Trappes : c’est Renoir qu’on assassine

La ville de Trappes (Yvelines) a décidé de rebaptiser le cinéma municipal du nom de l’acteur au prétexte qu’il soit natif de la commune. En faisant cela, le maire socialiste Ali Rabeh, proche de Benoit Hamon, et son conseil municipal remisent au placard Jean Renoir, inoubliable réalisateur de « La Grande Illusion » et de « La Règle du jeu ».

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier