Politique

L’édifice LR supportera-t-il une guerre des clans ?

 À peine est-elle présentée aux auditeurs de la matinale d’Europe 1, que voilà Nadine Morano projetée dans la bataille. « Qu’est-ce qui vous retient encore chez Les Républicains ? », charge la journaliste Sonia Mabrouk. La question, posée sans ambages, met le doigt sur une réalité palpable chez Les Républicains : la coexistence de plusieurs lignes politiques qui s’achoppent au gré de l’actualité. Nadine Morano se dit « gaulliste », « ferme sur le régalien » et emprunte d’une « politique sociale ouverte, de protection de la famille ». Elle définit Les Républicains comme l’union entre « les libéraux, les gaullistes et les centristes ». Mais serait-elle la seule à encore y croire ? Car, comme le rappelle Sonia Mabrouk, la députée européenne fait partie des rares Républicains, avec Bruno Retailleau et François-Xavier Bellamy, à ne pas avoir dénoncé le racisme supposé de Grégoire de Fournas, à l’inverse d’Eric Ciotti, qu’elle soutient habituellement. Nadine Morano botte en touche : « Personne ne peut mettre en doute sa fermeté sur les questions migratoires, sur les questions de sécurité, dont il est spécialiste », avance-t-elle, légèrement mal à l’aise. Le sujet divise en interne. 
 
Libéraux contre gaullistes 
 
Le second tour de l’élection présidentielle a donné deux directions aux Républicains. Une partie des électeurs s’en est remis à Emmanuel Macron, l’autre à Marine Le Pen. « Vous risquez l’écartèlement », raille Sonia Mabrouk. Faudra-t-il attendre l’élection à la présidence des LR pour unir les courants ? « C’est important », concède l’ancienne ministre, « cette élection aura pour but de clarifier notre ligne politique ».           
 
 Reste qu’il est difficile de résumer cette opposition très contemporaine aux paradigmes politiques classiques. Une ligne, plutôt libérale, est portée par Aurélien Pradié et Xavier Bertrand, ainsi que par plusieurs députés qui semblent sensibles aux sirènes de La République en Marche ou d'Horizons, le parti d'Edouard Philippe. C’est d’ailleurs ce qui vaut au groupe entier le surnom de « béquille » du gouvernement, donné par Marine Le Pen. Côté militants, une récente enquête Odoxa-Backbone Consulting révèle que 58% des sympathisants LR aimeraient que leur camp « suive l'appel de Nicolas Sarkozy et passe un accord avec l'exécutif », relaye Le Figaro
 
L’autre ligne pourrait être qualifiée de gaulliste. Éric Ciotti et Bruno Retailleau s’en disputent le pilotage, sans réellement se départager. Selon l’enquête, l’hypothèse d’une main tendue à droite séduit 54% des sondés, qui se montrent favorable à une « union des droites » avec Éric Zemmour et Marine Le Pen. Un paradoxe visible chez certains sondés, qui tend à montrer qu’il existe peut-être encore une droite à la fois libérale et gaulliste. 
 
 
« Il nous faut un chef » 
 
« Il nous faut un chef », reconnaît Nadine Marano. Les Républicains sortent durement éprouvés de la campagne présidentielle, où Valérie Pécresse n’a rassemblé que 4,8% des électeurs derrière elle. Le parti n’a plus de chef depuis la fin du mandat de Christian Jacob, l’été dernier. Devant ce poste vacant, qui reste stratégique malgré l’amaigrissement politique des LR, trois candidats se présentent : Aurélien Pradié, Bruno Retailleau et Eric Ciotti. L’élection aura lieu les 3 et 4 décembre. Si le premier est davantage un challenger, les deux autres sont les plus observés. « Retailleau est le candidat des cadres, Ciotti celui des militants », peut-on entendre régulièrement. 

Mayeul Chemilly

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

gilles delolme

Il y a 1 ans

Signaler

0

Si nous en sommes là. ..Ils ont une grande part de responsabilitè!

Aude Giraudet

Il y a 1 ans

Signaler

0

Ce "vieux" parti de caciques n'a jamais semblé aussi déconnecté des français. Triste spectacle.

EMMANUEL GAUQUELIN

Il y a 1 ans

Signaler

0

Oui mais la " soupe laïque, libéral et démocrate" ( du moins c'est ce qu'ils croient) est bonne quand on reste dans le système....Les postes s'offrent aux plus rampants....Dont acte......

Christian Lumeret

Il y a 1 ans

Signaler

0

Pourquoi rêver ? Il me semble que cette droite qui aligne les défaites ne comprend pas, Ou n'ose pas. Pour que la droite soit bien à droite et donc fasse revenir les déçus, pourquoi n'expulserait-elle pas du parti LR tous les faux-nez et imposteurs ? J'entends les centristes de droite, pour certains mêmes centristes de gauche comme certains grands ténors et ministres de Monsieur Macron.

Bernard LANGLADE

Il y a 1 ans

Signaler

0

Au constat des résultats de la dernière présidentielle, comment ne pas être tenté de dire : Faut pas rêver ?

Bernard LANGLADE

Il y a 1 ans

Signaler

0

Au vu des résultats de la dernière présidentielle, je suis tenté de dire : Faut pas rêver ...

Rose-Marie Bielawsky

Il y a 1 ans

Signaler

0

Les droites devraient s'alliées

À lire

« La question des mineurs victimes d’abus sexuels devrait constituer une priorité de politique publique »

Un entretien d’OMERTA avec Béatrice Brugère, secrétaire générale du Syndicat Unité Magistrats, auteur du livre "Justice : la colère qui monte" (L’Observatoire) et Delphine Blot, magistrate.

Enfance en danger : Karl Zéro, Mathieu Bock-Côté et Najat Vallaud-Belkacem au menu d’OMERTA

Le cinquième numéro papier d’OMERTA , d'ores et déjà disponible en kiosque, frappe fort en abordant des thématiques trop souvent taboues, des scandales volontiers mis sous le boisseau, en lien avec l’avenir de nos enfants.

Emmanuel Macron a déroulé le tapis rouge à Volodymyr Zelensky

Accueil en Normandie, honneurs militaires aux Invalides, discours à l’Assemblée nationale… Rien n’était trop bon trop beau pour encenser le controversé président ukrainien qui souhaite voir les occidentaux augmenter fortement leur soutien à sa croisade défensive contre les Russes.

Quand le général de Gaulle refusait de commémorer le 6 Juin 1944

Si depuis trente ans, les commémorations des principaux anniversaires du débarquement anglo-américain sur les côtes normandes sont orchestrées, et parfois instrumentalisées, par les Présidents de la République française, il n’en a pas toujours été le cas.

Europe : à quelques jours des élections, la grogne des agriculteurs ne retombe pas

Dans cette semaine préélectorale, les agriculteurs européens se mobilisent, des Pyrénées à Bruxelles pour défendre leurs intérêts et alerter l’opinion. En France c’est le syndicat Coordination rurale qui demeure le plus mobilisé, la FNSEA restant en retrait.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL