Géopolitique

Le Venezuela lorgne sur les ressources naturelles du Guyana

La lecture des articles est réservée aux abonnés

D’un côté, on trouve la République bolivarienne du Venezuela du populiste de gauche Nicolas Maduro, 28 millions d’habitants en voie de paupérisation. De l’autre, c’est la République coopérative du Guyana, membre du Commonwealth, 750 000 habitants et 215 000 km2, et son président communiste Irfaan Ali. Jusqu’en 1966, le Guyana était une colonie britannique. 

De fait, le Venezuela réclame depuis les années 1960 toute la rive occidentale du fleuve Essequibo, soit près de 160 000 km2 et seulement 125 000 habitants. Une région, frontalière avec le Venezuela mais aussi avec le Brésil, qu’une sentence arbitrale rendue à Paris en 1899 avait attribuée à la Grande-Bretagne, même si, à la fin du XVIIIe siècle, la zone était espagnole et non britannique. Une sentence que conteste le Venezuela.

Référendum vénézuélien et intérêts américains


Dimanche 3 décembre, Nicolas Maduro, au pouvoir depuis la mort de Hugo Chavez en 2013 et qu’admire Jean-Luc Mélenchon, avait donc convoqué les électeurs vénézuéliens lors d’un référendum visant à ne pas reconnaître la décision de la Cour internationale de Justice entérinant les frontières actuelles entre le Venezuela et le Guyana. Un scrutin qui s’est révélé sans surprise : 95 % des suffrages exprimés ont été dans le sens des revendications du pouvoir en place à Caracas. 

Il faut dire que la région de l’Essequibo est avant tout une jungle riche en or, aluminium, diamant, fer, bauxite, cuivre… De plus ses fleuves qui trouvent leur source en Amazonie renferment un formidable potentiel hydroélectrique. Enfin, d’importantes ressources pétrolières et gazières offshores existent au large des côtes de la région. De quoi, évidemment, exercer bien des convoitises, tant du côté vénézuélien que chez les grandes compagnies pétrolières américaines comme Exxon Mobil. 

Le pouvoir vénézuélien fait donc monter la pression, mais il est clair que les États-Unis ne comptent pas le laisser dépasser la ligne rouge que constituerait l’annexion de la rive occidentale de …

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

philippe paternot

Il y a 2 mois

Signaler

0

quand un gouvernement est aux abois, il déclanche une guerre , c'est connu

À lire

La recherche française face au défi des coupes de l’État

Dans un décret paru jeudi 22 février au Journal officiel, le gouvernement a acté 10 milliards d’euros de coupes budgétaires. Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur est durement touché. Cette annonce risque de retarder les avancées scientifiques françaises, déjà à la traîne.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier