Politique

Le sarkozysme, béquille d’Emmanuel Macron

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Comme en 2017, Emmanuel Macron a décidé de s’appuyer sur un petit groupe de fidèles inconditionnels pour conduire la politique de la nation. Il fait ainsi entrer Stéphane Séjourné, député européen et ancien conjoint de Gabriel Attal, au poste de ministre des Affaires étrangères à la place de la diplomate chiraquienne Catherine Colonna. Prisca Thévenot, elle, succède à Olivier Véran comme porte-parole du gouvernement.  Pour le reste, le Président de la République fait largement confiance à des ministres venus de la droite.

L’entrée de la sarkozyste Rachida Dati comme ministre de la Culture était inattendue, sauf pour les fins observateurs de la vie politique parisienne. La raison profonde en est probablement de parvenir à un accord entre les différentes composantes de la droite et du centre à Paris pour battre Anne Hidalgo aux élections municipales de 2026. Reste à savoir quelle sera la réaction des élus LR de la capitale après l’exclusion immédiate de Rachida Dati de leur parti politique par Éric Ciotti. 

Oublis et mécontents


Dans cette liste, aucune trace de portefeuilles concernant spécifiquement le logement, la famille, la mer ou les transports. Comme si la démographie ou l’aménagement du territoire n’étaient pas des priorités nationales, indispensables au développement de la France périphérique, même si les Français n’en perçoivent pas toujours l’importance tant ces sujets sont complexes à envisager. Ces oublis pourraient renforcer l’implantation du Rassemblement national et laisser du champ à la liste de Jordan Bardella à l’occasion des élections européennes du mois de juin prochain.

Le Modem de François Bayrou, allié d’Emmanuel Macron depuis 2017, ne conserve que le ministère de l’Agriculture où Marc Fesneau, bon connaisseur du sujet, a donné satisfaction au président de la République. Une représentation a minima qui agace fortement François Bayrou, opposant centriste de très longue date aux réseaux sarkozystes. Pour lui, huit ministres sur quatorze issus de …

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Emmanuel Macron n’exclut pas d’envoyer des troupes en Ukraine

Deux ans après l’intervention militaire de la Russie en Ukraine, le Président français a réuni une vingtaine de chefs d’États et de gouvernements pour un dîner à l’Élysée. Il n’exclut plus l’envoi de troupes occidentales pour aider l’armée ukrainienne, s’attirant des critiques de Jean-Luc Mélenchon, Olivier Faure et Marine Le Pen.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL