Politique

Le Parlement européen souhaite encore rogner sur les souverainetés nationales

Le mercredi 22 novembre, le Parlement européen a approuvé un rapport visant à réviser les traités européens et adopté la résolution en découlant. Ces textes prévoient d’amender le traité sur l’Union européenne, notamment pour substituer en trois endroits  les termes, « le Président de la Commission européenne » par ceux de « le Président de l’Europe ». Le projet veut également inverser le processus de nomination des commissaires européens pour qu’ils nommés désormais par le Président de la Commission européenne et non plus par le Conseil européenne où siègent les chefs d’État ou de gouvernement des États membres.

Prenons ensuite le domaine des compétences de l’Union européenne. Celle-ci se verrait confier une compétence exclusive concernant l’environnement, la biodiversité et les négociations sur le réchauffement climatique. Des compétences partagées avec les États membres verraient le jour en matière de santé publique, d’industrie et de diplômes et qualifications. L’UE souhaite également renforcer des compétences par elle déjà partagées avec les États : énergie, affaires étrangères, sécurité extérieure et défense, frontières extérieures de l’espace Schengen. 

L'éventuelle ratification de la révision du traité sur l'UE s'annonce longue


Enfin, le projet approuvé par le Parlement européen prévoit d’abandonner la réglé d’unanimité en vigueur au sein du Conseil européen pour la remplacer par une majorité qualifié de 15 membres sur 27 représentant au moins 65 % des États membres. Dans cette perspective il est logique que Marine Le Pen mais aussi la Hongrie, voire l’Italie considèrent qu’une telle avancée serait contraire aux souverainetés des États membres.

Reste à dire que ces avancées fédéralistes critiquées par les souverainistes ne sont pas prêtes à voir le jour. En effet, le rapport n’a été adopté qu’à de courtes majorité : 305 voix pour le rapport et 291 pour la résolution. Le futur Premier ministre libéral polonais, Donald Tusk y est par exemple opposé. Ensuite, ces votes ne sont pas contraignants : la proposition de révision va être transmise eu Conseil de l’Union européenne puis au Conseil européen qui devra alors convoquer une convention puis une conférence des représentants des gouvernements de l’Union européenne. Il faudrait alors dégager une majorité des deux tiers et la révision ne s’appliquerait pas aux États ayant refuser de la ratifier.

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Alain SALLE

Il y a 3 mois

Signaler

1

Une avancée qui pointe son nez sur la main mise sur les prérogatives et la souveraineté des nations Européennes par les mondialistes

À lire

Diplomatie : le net recul de la France

Encore un recul significatif : la France perd deux places dans le très sérieux classement 2024 des réseaux diplomatiques mondiaux publié par The Lowy Institute. Elle se trouve désormais devancée par la Turquie et le Japon ! Une situation évidemment mal vécue par les diplomates du Quai d’Orsay par ailleurs souvent en butte à l’hostilité de la cellule diplomatique de Élysée.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL