Politique

Le grand marché des groupes d’amitié parlementaires

 Les groupes d’amitié parlementaires constituent dans chacune des deux chambres du parlement des instruments de diplomatie parlementaire. Les présidences en sont attribuées au prorata des groupes politiques. Il aura fallu attendre ce mois de décembre pour avoir à disposition la composition renouvelée de ces groupes après les dernières élections législatives. L’analyse des choix effectués par les différentes forces politiques françaises est intéressante. 

 Le groupe Renaissance, c’est-à-dire le parti d’Emmanuel Macron, s’est réservé les groupes liés aux grandes puissances mondiales comme les États-Unis, la Chine, le Royaume-Uni et la Russie, les principales puissances européennes (Allemagne et Espagne) et les pays « sensibles » : Ukraine, Israël, Algérie, Liban, Hongrie. Ses alliés de la majorité présidentielle ont également obtenu des groupes d’une réelle importance diplomatique : l’Italie pour Horizons (qui regroupe les amis d’Édouard Philippe) et le Vatican pour le Modem. 

Du côté de l’opposition, les Républicains ont également obtenu la présidence de groupes plutôt prestigieux en termes géopolitiques : le Japon, le Canada, l’Argentine, la Tunisie et le Pakistan. Le nouveau président des LR, Éric Ciotti, député des Alpes-Maritimes, s’est réservé la présidence du groupe d’amitié avec Monaco. 

Le Rassemblement National, deuxième groupe de la nouvelle législature par la taille obtient la présidence de 23 groupes dont l’Inde attribué à Jean-Philippe Tanguy. Au niveau européen, le RN s’est réservé l’Autriche, la Pologne, la Grèce ou encore le Danemark. Il a également accepté de laisser la présidence du groupe d’amitié avec le Brésil à Nicolas Dupont-Aignan, député non-inscrit. Le RN obtient également les présidences de groupes liés à des pays sensibles par leurs tensions intérieures : le Venezuela, l’Irak et la Lybie. Le groupe présidé par Marine Le Pen n’a pas oublié l’Afrique : Madagascar, la Centrafrique ou encore le Ghana tombent dans son escarcelle. 

A gauche, LFI a ciblé l’Afrique (République Démocratique du Congo, Gabon, Burkina-Faso, Mali) mais aussi l’Amérique hispanophone (Mexique et Colombie). Les écologistes d’EELV obtiennent la Corée du Sud et le Maroc, les socialistes la Turquie et le Nigéria tandis que le PCF s’est réservé Cuba et l’Afrique du Sud. 

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Portugal 1974-2024 : Pour comprendre la Révolution des œillets

Il y a 50 ans jour pour jour, les « capitaines d’avril » renversaient pacifiquement la dictature éculée de Marcelo Caetano sur fond d’une interminable guerre de décolonisation. Au-delà de la question du retour festif de la démocratie dans ce pays, cet évènement doit s’analyser en considérant le sens particulier que revêt l’Histoire dans cette ancienne puissance maritime européenne.

[Analyse] États-Unis : le Congrès va débloquer 61 milliards de dollars pour l’Ukraine

La Chambre des représentants des États-Unis a dégagé une majorité pour voter 61 milliards pour l’Ukraine, 13 milliards pour Israël et 8 milliards pour Taïwan. Zelensky et Netanyahu se félicitent de cette décision qui financera, non sans arrière-pensées, leurs opérations militaires mais également le complexe militaro-industriel américain.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL