Culture

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

Quelle idée a donc eu le Conseil d’État, juridiction administrative saisi du dossier par l’association Reporters sans frontières (RSF), de demander le 13 février à l’Autorité de régulation de la communication audiovisuelle (Arcom) de contrôler l’orientation politique des chroniqueurs et commentateurs de l’actualité à l’antenne de CNews au nom du respect du pluralisme sur cette chaîne d’information en continu ? S’il est normal qu’un média respecte les obligations d’équilibre des forces politiques en contingentant les élus et militants, la chose paraît beaucoup moins fondée dès lors qu’il s’agit de journalistes et de chroniqueurs sans attache partisane. Le Conseil d’État voudrait démontrer qu’il est devenu une juridiction politiquement orientée, il ne s’y prendrait pas autrement.

Fondée en 1985, notamment par l’actuel maire de Béziers, Robert Ménard, l’association Reporters sans frontières avait pour but originel de sensibiliser l’opinion publique sur la situation des pays du tiers monde touchés par des tragédies. Son secrétaire général depuis 2012 n’est autre que Christophe Deloire, 52 ans, journaliste au Point de 1998 à 2007, qui a initié en 2021 Le système B, un documentaire à charge visant le groupe Bolloré, notamment propriétaire de CNews. 

Quid de France Inter ?


Considéré comme proche d’Emmanuel Macron, Christophe Deloire s’est vu chargé l’an dernier par le pouvoir de l’organisation des « États généraux de l’information », notamment initiés en réaction au rachat du JDD par le groupe de Vincent Bolloré. De là à voir la main de l’Élysée derrière les poursuites contre CNews, chaîne dont la diffusion est en pleine ascension, il n’y a qu’un pas. 

Si certains hommes politiques comme le Premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, se sont félicités de la décision du Conseil d’État visant CNews, d’autres, comme Jean-Christophe Fromantin, maire de Neuilly-sur-Seine, s’en sont inquiétés : « L’indépendance d’un média passe par sa liberté de ne pas classer un invité « non politique » dans une case « politique » pour que les critères idéologiques ne contrarient jamais les talents, ni les compétences… ». D’autres voix ont réclamé, non sans raisons, que la décision du Conseil d’État soit étendue au service public et notamment à France Inter, station de radio régulièrement accusée par la droite de propager des idées de gauche dans de nombreux domaines. 


Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Jérôme Lauvaux

Il y a 1 mois

Signaler

0

5% de la presse qui ne soit pas classée macroniste, de gauche ou d'extrême gauche c'est visiblement insupportable pour certains.

philippe paternot

Il y a 2 mois

Signaler

0

qui ne passe pas du tout! un "journaliste " qui demande de censurer des journalistes, c'est pire dans l'odieux, intolérable!

À lire

[Analyse] États-Unis : le Congrès va débloquer 61 milliards de dollars pour l’Ukraine

La Chambre des représentants des États-Unis a dégagé une majorité pour voter 61 milliards pour l’Ukraine, 13 milliards pour Israël et 8 milliards pour Taïwan. Zelensky et Netanyahu se félicitent de cette décision qui financera, non sans arrière-pensées, leurs opérations militaires mais également le complexe militaro-industriel américain.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL