Géopolitique

Le Burkina Faso met en place des assises nationales pour désigner un président de transition

 
 Selon un article du Monde et de l'AFP, le Burkina Faso ouvre des assises nationales le vendredi 14 octobre afin de nommer un président de transition. Ce processus intervient deux semaines après le second putsch militaire commis en 8 mois. Le 30 septembre dernier, le capitaine Ibrahim Traoré a été porté au pouvoir. Ses partisans souhaitent aujourd'hui le voir désigné président de transition, malgré sa volonté affichée de ne pas l'être. Les assises seront constituées de représentants de l'armée et de la police, des organisations coutumières et religieuses, de la société civile, des syndicats, des partis et des déplacés internes victimes des attaques djihadistes qui sévissent dans le pays depuis 2015. Ces assises ont pour objectif d' « examiner et adopter la charte de la transition, désigner un président de la transition conformément à la charte et recueillir toute proposition en vue de la bonne marche de la transition » d'après les propos du colonel major Célestin Compaoré. 


 Les deux putschs qui ont eu lieu au Burkina Faso cette année ont été menés alors que les gouvernements étaient régulièrement accusés d'être incapables de contenir les attaques djihadistes qui se multiplient dans le pays. Le premier putsch avait été commandité par le lieutenant-colonel Paul Henri Sandaogo Damiba, le dirigeant d'une junte appelée Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR). Le lieutenant-colonel Damiba avait fait de la lutte contre le terrorisme djihadiste le fer de lance de son mandat. Il s'était réuni pour ce faire avec deux anciens présidents du Burkina Faso en juillet, afin de mettre en avant la « cohésion sociale », indispensable pour retrouver une « paix durable » dans le pays, selon le Figaro. 


 Malgré cette volonté de remettre de l'ordre et de la stabilité dans le pays, il a été destitué par un putsch militaire le 30 septembre. Le capitaine Ibrahim Traoré, à la tête de l'opération, a été porté au pouvoir afin de « recentrer la transition sur les urgences sécuritaires », selon la junte dont il est à la tête. Désigné président peu après le putsch, le capitaine Traoré a assuré n'assumer ce rôle que pour « expédier les affaires courantes » jusqu'à ce que les assises nationales désignent le nouveau président de transition. Néanmoins, le capitaine Traoré est soutenu par des mouvements partisans qui souhaitent le voir accéder au pouvoir. Oscar Séraphin Ky, leader d'un de ces mouvements, affirme ainsi lors d'un meeting de soutien : « Le capitaine Ibrahim Traoré doit nécessairement terminer ce pour quoi il est venu ». Il semble que la population burkinabé soit également prête à accorder ses suffrages à Ibrahim Traoré, comme le démontre un sondage Apidon repris par le Monde. Ainsi, 53% des habitants du pays seraient favorables à la désignation d'Ibrahim Traoré comme président. Reste à savoir si la stabilité du nouveau gouvernement sera assurée, au sein d'un pays gangrené par le djihadisme. 


La rédaction d'OMERTA

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier