Géopolitique

L'ancien premier ministre du Pakistan Imran Khan victime d'une tentative d'assassinat

L'ancien premier ministre pakistanais Imran Khan a été victime d'une tentative d'assassinat ce jeudi 3 novembre à Wazirabad au Pendjab. L'homme politique se trouve dans un état stable après avoir été touché au tibia par un tireur présent dans la foule. Lors de l'attaque, Imran Khan effectuait une étape de sa « longue marche » vers Islamabad pour réclamer la tenue d'élections anticipées. L'ancien premier ministre, accompagné d'un convoi de camions et de voitures, s'arrêtait dans de nombreuses villes pour susciter le soutien populaire.

Un homme a été interpellé par la police à la suite de la fusillade et a déclaré avoir agi seul : « Imran Khan trompait les gens et je ne pouvais pas le tolérer, alors j'ai essayé de le tuer ». Le chef du gouvernement du Pendjab a quant à lui affirmé que deux tireurs étaient impliqués. Réagissant à cette attaque, Imran Khan a énoncé une liste de trois suspects : l'actuel premier ministre Shehbaz Sharif, le ministre de l'Intérieur Rana Sanaullah et le chef des services secrets Inter-Services Intelligence. Le président du Pakistan, Arif Alvi a dénoncé sur Twitter une « odieuse tentative d'assassinat ». 

L'ancien premier ministre avait été chassé du pouvoir en avril suite à motion de défiance votée à son encontre à l'Assemblée. La forte inflation, le creusement de la dette ainsi que l'éloignement de l'Occident et les liens renforcés avec la Chine avaient conduit à discréditer le premier ministre. Suite à son éviction au profit de la Ligue musulmane du Pakistan, Imran Khan a bénéficié d'un regain de popularité. En cause, la lassitude de la population à voir se succéder les deux partis traditionnels depuis des années et l'aggravation de la crise économique. 

La marche vers Islamabad a aussi été galvanisée par le meurtre du journaliste Arshad Sharif, le 24 octobre. Ce dernier, proche de l'ancien premier ministre et très populaire dans le pays, avait été assassiné à Nairobi au Kenya, dans des circonstances obscures, ce qui avait conduit le camp d'Imran Khan à soupçonner l'armée du Pakistan. Des milliers de personnes s'étaient réunies à ses funérailles à Islamabad le 27 octobre. 

Ce nouveau drame pourrait accroître l'instabilité de l’État, dans un pays où aucun premier ministre n'est jamais au bout de son mandat depuis l'indépendance en 1947. 

La rédaction d'Omerta

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier