Géopolitique

La Serbie confirme négocier avec la France l’achat d’avions Rafale

En déplacement lundi 20 février à Abu Dhabi dans le cadre du Salon international de la Défense IDEX 23, le président serbe Aleksandar Vucic a confirmé, selon des propos rapportés par l’agence de presse Tanjug, être en discussion avec la France pour l’achat d’avions de chasse militaire Rafale, produits par l’entreprise Dassault. « Nous négocions avec Dassault Aviation, nous en avons aussi parlé quand j’étais à Paris », a notamment déclaré Aleksandar Vucic en réponse à une question d’un journaliste, évoquant sa visite officielle dans la capitale française au mois de novembre dernier. 

L’achat de douze avions Rafale (entré en service en 2022) par la Serbie est destiné à remplacer les six Mig-29 « Fulcrum » (un modèle d’avion entré en service en 1983) livrés par la Russie en 2017 et aujourd’hui affectés, selon les autorités serbes, par des soucis d’approvisionnement en pièces détachées du fait des sanctions internationales frappant leur fournisseur. Au-delà d’un réel souci logistique, cette raison affichée de choisir du matériel français est un moyen habile de justifier auprès de l’opinion publique serbe la décision d’engager trois milliards d’euros de commandes publiques auprès d’un pays membre de l’OTAN. 

Saut qualitatif non négligeable

Jusqu’à aujourd’hui, l’avionneur Dassault est parvenu à exporter le Rafale au Proche-Orient (Égypte, Qatar, Émirats Arabes Unis), en Asie (Inde et Indonésie) et dans les Balkans (Croatie et Grèce). L’achat d’un tel avion serait un saut qualitatif non négligeable pour l’armée serbe dont l’aviation avait été décimée par les guerres ayant suivi l’éclatement de la Yougoslavie. Ce projet est facilité par l’entente cordiale régnant entre Emmanuel Macron et Aleksandar Vucic. Il démontre également que, contrairement à ce que raconte trop souvent la presse française, la Serbie n’est pas un allié inconditionnel de la Russie mais perçoit son intérêt à développer des relations plus étroites avec l’Union européenne, ne serait-ce que pour obtenir des garanties sur la pérennité d’une présence serbe minoritaire au Kosovo.

Notons enfin que dès 2018, la Serbie a fait l’acquisition du système de quarante missiles sol-air Mistral 3 à très courte portée (6 km), destinée à la défense anti-aérienne et livrés en 2021. Un matériel fabriqué par MBDA, leader européen en matière de conception et fabrication de missiles. 

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Thierry Lemaire

Il y a 1 ans

Signaler

0

A quand un article de fond sur le rapprochement des élites serbes avec l'Europe. Qu'en est-il de la population ? Eloignement de la Russie?

À lire

La recherche française face au défi des coupes de l’État

Dans un décret paru jeudi 22 février au Journal officiel, le gouvernement a acté 10 milliards d’euros de coupes budgétaires. Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur est durement touché. Cette annonce risque de retarder les avancées scientifiques françaises, déjà à la traîne.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier