Politique

La riposte « éparpillée façon puzzle » d’Emmanuel Macron

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Plus de deux heures d’intervention et de discussion avec les journalistes auront permis à Emmanuel Macron d’avoir l’impression de balayer les sujets de préoccupations des Français. Il est loin d’être sûr que ces derniers aient été convaincu du fait que les remèdes proposés par le Président de la République soient au niveau de la crise intellectuelle et morale que traverse notre pays. 

Concernant l’enseignement et l’éducation, les spécialistes restent sceptiques sur le fait que le retour de l’uniforme (chose positive en soi), l’obligation de chanter La Marseillaise et le conseil donné au parent de limiter la consommation d’écrans de leurs enfants suffisent à relever un niveau scolaire qui s’est surtout effondré du fait du faible niveau d’exigence en la matière. Quant aux cours de théâtre obligatoires au collège, il faudrait au préalable que les élèves comprennent les pièces du répertoire classique, en commençant par les chefs-d’œuvre de Corneille ou Racine. Sur le plan de la natalité, aujourd’hui en chute libre, les mesures facilitant la parentalité vont dans le bon sens, mais elles oublient la grande leçon du démographe Alfred Sauvy : l’envie de faire des enfants dépasse les simples conditions matérielles mais répond bien plus à un sentiment d’optimisme et d’espoir en l’avenir de la population concernée. 

Jouer sur les peurs


Concernant la critique de l’opposition, rien de nouveau dans la tactique d’Emmanuel Macron qui consiste à inquiéter le cœur de son électorat, c’est-à-dire les retraités du prétendu danger économique représenté par le RN qui cacherait selon lui sa volonté caché de sortir de l’Union européenne. Or justement, le RN (et cela lui est reproché par certains souverainistes) sait que du fait de la dette abyssale creusée depuis près de cinq décennies par les gouvernements successifs, la France prendrait un risque important en choisissant la même voie que le Royaume-Uni. Emmanuel Macron jour donc littéralement sur les peurs des Français, en oubliant la …

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Diplomatie : le net recul de la France

Encore un recul significatif : la France perd deux places dans le très sérieux classement 2024 des réseaux diplomatiques mondiaux publié par The Lowy Institute. Elle se trouve désormais devancée par la Turquie et le Japon ! Une situation évidemment mal vécue par les diplomates du Quai d’Orsay par ailleurs souvent en butte à l’hostilité de la cellule diplomatique de Élysée.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL