Culture

La revue Limite s’auto-dissout

 Les revues qui laissent une trace dans l’histoire intellectuelle sont assurément celles qui font bouger les lignes et secouent pesanteurs du temps. Il est trop tôt pour savoir si la revue d’écologie intégrale d’inspiration chrétienne Limite aura un tel destin. Par la voix de son directeur Paul Piccarretta, elle vient d’annoncer son arrêt après sept années de bons et loyaux services à la pensée du pape François telle qu’elle a notamment pu s’exprimer dans l’encyclique Laudato si

Limite possède une ascendance connue. Les « Veilleurs » tout d’abord, ce mouvement spontané nait au sein de la « Manif pour tous », défendant comme elle la conception traditionnelle du mariage républicain mais désireux d’un approfondissement spirituel et culturel en réaction au monde moderne. On ne saurait non plus oublier l’influence qu’a pu avoir sur Limite la revue Immédiatement (1996-2004), qui se voulait monarchiste et souverainiste. Une même veine bernanosienne animait les deux publications qui furent intellectuellement des organes de rupture. Rupture avec le maurrassisme et une conception vieillotte du royalisme pour Immédiatement. Rupture avec un catholicisme de simple défense identitaire pour Limite

Fuir Zemmour sans séduire Mélenchon 

Éprise d’absolue, l’équipe de Limite a eu à cœur de montrer les dangers du monde technicien contemporain en mobilisant la pensée d’écrivains comme Georges Orwell, Jacques Ellul ou Georges Bernanos. Elle prit rapidement la décision stratégique de bousculer son lectorat originel pour lui démontrer qu’il était vain de contester des dérives bioéthiques sans s’attaquer aux racines intellectuelles d’une société où le profit financier a remplacé l’accueil des plus faibles. 

Il y avait quelque chose de singulier et de franciscain à promouvoir les maraîchers bio, le chant des oiseaux et la procréation naturelle auprès des rejetons de ce qui peut subsister de la bourgeoisie catholique française. La tentation de trouver de nouveaux lecteurs de l’autre côté des barricades contraria une partie du lectorat initial et la critique radicale du dogme du Progrès porté par la revue effraya les tenants du progressisme dans tous ses états qui composent la plupart des rangs de la gauche française contemporaine. Fuir Zemmour sans séduire Mélenchon constitua donc le paradoxe insurmontable de cette revue qui se voulait lyrique et révolutionnaire dans une époque ennuyeuse et conformiste. 

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

[Analyse] États-Unis : le Congrès va débloquer 61 milliards de dollars pour l’Ukraine

La Chambre des représentants des États-Unis a dégagé une majorité pour voter 61 milliards pour l’Ukraine, 13 milliards pour Israël et 8 milliards pour Taïwan. Zelensky et Netanyahu se félicitent de cette décision qui financera, non sans arrière-pensées, leurs opérations militaires mais également le complexe militaro-industriel américain.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL